Paris Match Belgique

Photovoltaïque, le hic : Le « tout solaire » coûterait plus cher que le réseau traditionnel

En 2016, le marché photovoltaïque belge a connu une belle reprise. | © Belga

Société

Une récente étude de l’ULB assène qu’au-delà des 40% de consommation, la combinaison entre panneaux photovoltaïques et batteries ne serait pas rentable pour les ménages belges – bien au contraire.

 

Avec les toits des bâtisses se couvrant de ces panneaux bleux foncés si reconnaissables, le rêve des ménages belges semblait à portée de main : se dégager du réseau d’électricité classique pour devenir totalement autonomes. Finies les factures salées, adieu le nucléaire : vive le photovoltaïque pour tous ! C’était sans compter une étude de l’Université libre de Bruxelles, publiée tout récemment dans Applied Energy.

En collaboration avec la Région wallonne, deux chercheurs à l’École polytechnique de l’ULB, Guilherme de Oliveira e Silva et Patrick Hendrick, se sont penchés sur la combinaison prometteuse entre panneaux photovoltaïques et batteries au lithium-ion. Leur conclusion est sans appel : l’électricité solaire ne peut couvrir que 40% des besoins d’un ménage moyen. Au-delà, c’est bien simple : c’est tout simplement trop cher. Pour une famille consommant 3 500 kWh par an et possédant une installation capable de soutenir 70% de ses besoins, le coût total de l’énergie sélève au double de celle qu’elle tirerait du réseau traditionnel.

Lire aussi > Connexion hors ligne : ces cafés qui débranchent le Wi-Fi au nom de la convivialité

Et ce, précise l’université, qu’importe le nombre de panneaux installés. Car le « hic » ne se situe pas là, mais bien dans le décalage observé entre la production d’électricité photovoltaïque, et sa demande. Et que ceux qui tablaient sur la baisse du coût des batteries pour absorber ce choc se ravisent : il ne sera pas suffisant. « Essayer de couvrir plus de 40% de ses besoins énergétiques avec des batteries combinées à des panneaux solaires est donc plus cher qu’utiliser le réseau électrique », résument les chercheurs.

©BELGA AURORE BELOT – En 2016, le parc photovoltaïque a produit 17% de l’équivalent de la consommation des logements belges.

Des installations encore inadaptées

En Belgique, ce sont pour l’instant les Flamands qui sont les champions du photovoltaïque, eux qui possèdent 72% de la puissance installée. En Wallonie par exemple, on est ainsi encore loin des préoccupations du « tout solaire » : selon l’Association pour la Promotion des Énergies renouvelables, il s’agit généralement de petites installations, de toute façon bien incapables de supporter plus de 40% des besoins en énergie des ménages.

Le chauffage électrique et des applications pour compenser

La conclusion de l’étude ne doit cependant pas décourager les ménages belges à optimiser l’utilisation de leurs panneaux photovoltaïques. En investissant dans un système de chauffage et un chauffe-eau électriques, par exemple, conclut l’étude. Ceux-ci permettent en effet d’absorber l’excès d’électricité produite. L’installation d’applications dites « intelligentes », également : leur gestion optimale de l’énergie leur permet de décider quelles heures sont les plus favorables pour faire tourner une machine ou chauffer la maison.

Lire aussi > Pour fabriquer ses appareils, Apple veut jouer la carte écolo

Oubliez en revanche les voitures électriques si elles sont en vadrouille aux heures les plus ensoleillées : elles ne seraient que peu efficaces pour combler ce manque.

CIM Internet