Paris Match Belgique

Netflix : Traumatisée par sa propre séquestration, Duffy part en guerre contre le film « 365 Days »

Duffy

Duffy le 19 juillet 2018. | © Fred Tanneau / AFP.

Société

La chanteuse accuse Netflix de transformer la souffrance des victimes de viol et de séquestration en un « drame érotique ».

 

Il y a quelques mois, Duffy réapparaissait après une disparition de la vie publique de près d’une dizaine d’années. Sur Instagram, la chanteuse de 36 ans annonçait avoir été séquestrée et violée pendant quatre semaines et avoir pris des années à s’en remettre et oser en parler. Aujourd’hui, l’interprète de « Warwick Avenue » a repris la parole pour s’opposer à un nouveau film très controversé sur Netflix. Intitulé 365 Days, le film polonais raconte l’histoire de Laura, kidnappée lors d’un voyage en Sicile par Massimo, un membre de la mafia sicilienne. L’homme lui donne 365 jours pour qu’elle tombe amoureuse de lui.

Lire aussi > « 365 Dni » : Numéro 1 sur Netflix, le film érotique crée le malaise en prônant la culture du viol

Le film, fortement médiatisé, apparaît dans le Top 10 des tendances de nombreux pays. Le problème, c’est qu’il a également été accusé de donner une image glamour du viol et de la domination masculine. Touchée par sa propre expérience personnelle, Duffy a publié une lettre ouverte au PDG de Netflix, Reed Hastings, lui demandant de supprimer le film de la plateforme de streaming, le jugeant « irresponsable ». La lettre en question a d’ailleurs été publiée dans son entièreté sur le site Deadline.

Lire aussi > Séquestrée et violée lors de son kidnapping, Duffy raconte son calvaire

La chanteuse y écrit qu’elle s’est basée sur sa propre expérience personnelle pour formuler cette demande. « 365 jours glorifie la réalité brutale du trafic sexuel, des enlèvements et des viols. Cela ne doit pas être une idée de divertissement pour qui que ce soit, ni être décrit comme tel, ni être commercialisé de cette manière », continue-t-elle. Duffy exprime ainsi son incompréhension, et questionne Netflix pour sa « négligence » et son « insensibilité ». « Cela a même poussé certaines jeunes femmes, récemment, à demander jovialement à Michele Morrone, l’acteur principal du film, de les kidnapper », ajoute-t-elle. La chanteuse continue en demandant à Netflix de réparer ce tord en engageant les ressources nécessaires et les cinéastes talentueux pour produire des contenus qui dépeignent la réalité de la séquestration et du viol. La chanteuse invite également les téléspectateurs à prendre leurs propres responsabilités face à ce type de contenu.

Duffy cloture sobrement avec une citation de Maya Angelou, poétesse, actrice et militante : « When we know better, let us do better ».

CIM Internet