Paris Match Belgique

Brigitte Bardot, remontée, critique le gouvernement français

Brigitte Bardot

Brigitte Bardot en 2007. | © Remi Ochlik / IP3 / Maxppp.

Société

Connue pour son franc-parler, Brigitte Bardot a cette fois pris la parole en évoquant le gouvernement français.

D’après un article Paris Match France de Flora Monbec.

Brigitte Bardot a fait part de sa déception et de son profond mécontentement au micro d’André Bercoff pour Sud Radio ce mardi 7 juillet 2020. A l’heure où les violences policières font l’objet de nombreuses conversations et débats, l’ancien mannequin de 85 ans s’est exprimé avec la franchise qu’on lui connaît à ce propos. « Je suis épouvantée, je suis écœurée, je trouve qu’on est gouvernés par des lâches. Vraiment soumis à une partie de la France qui maintenant n’appartient plus à la France », a-t-elle lancé.

Lire aussi > La sublime villa cannoise de Brigitte Bardot est à vendre [PHOTOS]

« C’est scandaleux d’agir comme ça de la part d’un gouvernement. Moi j’en ai marre et plus que marre ! Il y a des moments où j’ai envie de quitter la France tellement c’est devenu dégueulasse ! », a poursuivi la fervente militante de la cause animale, soulignant que leur rôle est d’assurer la sécurité de la population.

« Vive la Police française ! »

Ces propos s’inscrivent en réalité dans la continuité d’une lettre qu’elle avait publiée sur Twitter le 12 juin 2020, intitulée « Vive la Police française ! ». Un titre qui a évidemment agité la toile puisque beaucoup se sont insurgés devant le soutien que Brigitte Bardot accordait aux forces de l’ordre. « Vive ceux qui nous protègent avec courage et abnégation, ceux qui représentent la loi républicaine et se dévouent perpétuellement, jour et nuit, pour éviter que la racaille envahissante ne mette la population en danger », a écrit l’ancienne chanteuse. Elle y avait une nouvelle fois critiqué certains membres du gouvernement, déplorant leur lâcheté ainsi que leur soumission.

Lire aussi > « Population dégénérée » : Brigitte Bardot présente ses excuses aux Réunionnais

Elle n’a pas hésité à cacher son aversion envers les « donneurs de leçons, les politiquement corrects » qu’elle qualifie de « trouillards émasculés ».

 

CIM Internet