Paris Match Belgique

Affaire Epstein : Cette mesure drastique prise pour éviter que Ghislaine Maxwell ne soit assassinée en prison

Ghislaine Maxwell cellule

Le Metropolitan Detention Center (MDC) de Brooklyn, un centre de détention administrative fédéral des États-Unis, est photographié le 6 juillet 2020 à New York. | © Johannes EISELE / AFP.

Société

Tout est mis en place afin que la fille du célèbre magnat de la presse ne connaisse le même sort que son compagnon, Jeffrey Epstein.

 

Le 2 juillet, la complice présumée de Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, a été arrêtée après un an de cavale et placée en détention au Metropolitan detention center de Brooklyn. L’ancienne mondaine devra comparaître devant un juge fédéral ce mardi 14 juillet. En attendant, l’ex-compagne de Jeffrey Epstein est détenue en cellule et ferait l’objet de plusieurs mesures de sécurité très strictes.


Ghislaine Maxwell ferait l’objet de nombreuses menaces de mort selon ses avocats. La Britannique de 58 ans serait effectivement en possession de nombreuses vidéos montrant des personnalités publiques en plein acte sexuel avec des jeunes filles mineures. « Si elle tombe, elle s’assurera d’emporter le plus de monde possible dans sa chute », aurait par ailleurs confié un ami de Ghislaine Maxwell. Une stratégie a dès lors été adoptée en prison pour éviter que cette dernière ne connaisse le même sort que Jeffrey Epstein, retrouvé pendu en prison le 10 août 2019.

Lire aussi > Ghislaine Maxwell pourrait bien balancer le prince Andrew : « Il devrait paniquer là »

Selon le DailyMail, Ghislaine Maxwell serait déplacée régulièrement de cellules en cellules afin d’éviter que quelqu’un ne la tue. Elle serait arrivée avec des vêtements en papier sur elle au centre de détention de Brooklyn afin de l’empêcher de se donner la mort. Elle serait parfois accompagnée d’un compagnon de cellule et parfois pas. Les autorités seraient en réalité « terrifiées que quelqu’un essaie de la tuer », ce qui explique la raison pour laquelle ils continuent de la changer régulièrement d’endroit. Ses avocats craignent également qu’elle soit victime de l’épidémie de Covid-19 qui sévit parmi la population carcérale.

CIM Internet