Paris Match Belgique

Guy Carlier apparaît très amaigri sur les réseaux sociaux

Guy Carlier régime

Guy Carlier lors du match de Ligue 1 entre le PSG et Nice au Parc des Princes le 11 décembre 2016. | © Anthony Dibon / Icon Sport.

Société

Deux nouveau clichés publiés par Guy Carlier sur les réseaux sociaux montrent son impressionnante perte de poids.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

En 2005, Guy Carlier a intégré une clinique d’addictions pour soigner sa boulimie, contre laquelle il se battait depuis plus de 20 ans. A l’époque, il pesait 250 kilos et était l’un des cinq hommes les plus gros de France. En neuf mois, il a perdu 125 kilos et depuis, continue de maigrir comme l’atteste plusieurs clichés publiés samedi sur les réseaux sociaux. On voit le chroniqueur radio le visage très amaigri, un maillot de l’AS Monaco sur le dos. « D’accord j’ai l’air con, mais je peux enfin mettre ce maillot de Monaco que m’avait offert Michel Hidalgo », a-t-il écrit en commentaire la photo sur laquelle il tient également un ballon.

Dans un deuxième message, il ajoute avec humour : « C’est du XL. Il y a un an je mettais du 4XL ….Il y a 10 ans il aurait fallu tailler le maillot dans une toile de yourte ».


Guy Carlier a raconté son combat contre la boulimie dans un ouvrage sorti en 2019, Moins 125 – Amour monstre. Sur le plateau de C à vous en mai 2019, il était revenu sur ses crises de boulimie, notamment lorsqu’il a atteint la notoriété avec « On ne peut pas plaire à tout le monde ». À cette époque, son poids avait « doublé ». Alors qu’il était sous le feu des projecteurs sur France 3, il avait une « face sombre », avait-il expliqué. Quand il s’enfermait chez lui pour s’« ensevelir sous des tombereaux de bouffe ». « C’était d’autant plus schizophrénique que mon métier c’était de chambrer, de faire des chroniques humoristiques, pas d’être désespéré », avait-il ajouté. Si selon lui, la « boulimie a construit (s)a vie », il déplorait d’avoir « saccagé l’enfance » de ses deux fils aînés. Malgré les séquelles physiques, comme des prothèses aux genoux, il se disait « délivré du tourment » et « savourait chaque jour ».

CIM Internet