Paris Match Belgique

Aux États-Unis, de flagrantes inégalités raciales face au Covid-19

covid-19 floride

Des manifestants protestent contre la gestion de la crise sanitaire par leur État, la Floride, début août. | © CHANDAN KHANNA / AFP.

Société

Aux États-Unis, le Covid-19 frappe plus durement les minorités, Afro-Américains en tête.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

L’inégalité face au virus. Le Covid Tracking Project, dédié à l’étude des statistiques sur la pandémie aux États-Unis, met en lumière les inégalités raciales face au nouveau coronavirus. Noirs, Amérindiens et Hispaniques semblent bien plus touchés par la pandémie : sur 100 000 personnes de chaque communauté, 89 Noirs, 56 Améridiens et 56 Hispaniques sont décédés du Covid-19, contre 37 Blancs. « À l’échelle de la nation, les Noirs meurent 2,4 fois plus que les Blancs », écrit le site. Un sondage réalisé fin juin pour le Washington Post révélait que 31% des personnes noires interrogées connaissaient un patient décédé du Covid-19, contre 19% chez les Hispaniques et seulement 9% chez les Blancs.

Lire aussi > Des milliers de fêtards sans masques à Wuhan, berceau du Covid-19, créent la polémique

Dans certains États, les disparités sont impressionnantes. En Californie, toujours selon les données du Covid Tracking Project, les hispaniques représentent 39% de la population mais 60% des contaminations et 48% des décès. À New York, les Noirs et Hispaniques, qui représentent respectivement 14 et 19% de la population, représentent 25 et 27% des décès -les données sur les contaminations n’ont pas été transmises. Au Texas, les Hispaniques (39% de la population) représentent 55% des décès.

Inégalités face au système de santé, au logement, à l’éducation

Ces différences ont des racines sociales et économiques importantes, comme l’avait souligné dès avril Alexandria Ocasio-Cortez, l’élue démocrate de New York. « Les morts liées au Covid augmentent de façon disproportionnée dans les communautés Noires et Hispaniques. Pourquoi ? Car les discriminations, le racisme environnemental, les fossés de richesse, etc. SONT des conditions de fragilisation de la santé. L’inégalité est une comorbidité », avait-elle tweeté.

« Nous parlons de décennies, sinon de générations, d’une partie de la population qui lutte pour avoir un accès à un système de santé correct, donc ils partent déjà d’une plus mauvaise santé que la population globale », a déploré auprès de CNN le Dr. Esmaeil Porsa, directeur du Harris Health System à Houston (Texas), où 80% des patients traités pour le Covid-19 sont Noirs ou Hispaniques. « C’est logique qu’une pandémie comme celle du Covid-19 ait un impact disproportionné selon les populations à risques. Et lorsqu’on ajoute les facteurs sociaux et économiques aux problèmes que ces populations doivent affronter – le logement, vivre à plusieurs générations, des emplois qui les exposent durablement au Covid-19, au travail et à la maison. Ce sont toutes ces circonstances qui tendent à toucher de façon disproportionnée la population », a-t-il ajouté, appelant à « améliorer les conditions économiques d’une personne ou d’une communauté », afin « d’améliorer leur accès à un système de santé, à une meilleure éducation ».

Lire aussi > Rassurez-vous : La transmission du Covid-19 en avion serait moins importante qu’on ne le pense

En juin dernier, le New York Times alertait sur l’augmentation des cas de Covid-19 parmi des membres de la communauté hispanique, en particulier ceux ayant un métier en première ligne : à cette période, ils représentaient 34% des cas diagnostiqués dans le pays, alors qu’ils ne sont que 18% de la population totale des États-Unis. Le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis avait été très critiqué par des associations, accuser de pointer du doigt les travailleurs immigrés sans développer suffisamment les dépistages, après avoir déclaré que le regain de contaminations dans son État était dû aux « ouvriers principalement hispaniques des fermes ». « Vous ne voulez pas que ces gens se mélangent à la population générale si vous avez une épidémie », avait-il ajouté, provoquant de nouveau la colère des organisations qui luttent contre l’isolement. Selon les données mises à jour du Covid Tracking Project, les Hispaniques sont encore davantage touchés : ils représentent 43% des contaminations recensées par les autorités.

CIM Internet