Paris Match Belgique

73 ans après le débarquement de Normandie, un vétéran retrouve un précieux bijou de famille

Le vétéran n'avait jamais osé avouer la perte de sa gourmette | © Belga

Société

Happy end avec 73 ans de délai pour John Edward Hill, un vétéran américain débarqué en Normandie. Venu libérer la France avec son bataillon, il s’y est trouvé délesté d’un précieux bijou de famille, récemment découvert par un historien français. 

 

Le 6 juin 1944, John Edward Hill faisait partie des soldats américains qui ont débarqué à Omaha Beach, en Normandie. Avant de quitter les Etats-Unis pour les champs de batailles français, le jeune homme de 20 ans avait reçu une gourmette en argent de sa mère, où son nom et son matricule matricule étaient inscrits. Il gardait le précieux bijoux dans la poche droite de la veste de son uniforme, jusqu’à ce qu’on la lui vole peu après son arrivée en France. A la fin de la Seconde guerre mondiale, le GI est renté chez lui, mais n’a jamais osé dire à sa mère qu’il avait perdu la gourmette, écrit La Presse de la Manche.

Lire aussi > Les Klarsfeld, chasseurs de nazis : « Le Fn en 2017 ? Jamais ! »

« J’aurais pu être mort »

Soixante-treize ans après les faits, l’objet a été découvert par un historien français à Hiesville (Normandie) dans un talus fraîchement élagué, rapporte encore La Presse de la Manche. Interrogé par le journal, Mathieu Delamotte a toujours du mal à réaliser qu’il a retrouvé son propriétaire. «Après des recherches sur internet pour retrouver la famille de ce vétéran afin de rendre le bijou, j’ai obtenu l’aide précieuse d’une bibliothécaire qui a retrouvé se trace. Et il était encore en vie, incroyable», a-t-il commenté. De l’autre côté de l’Atlantique, la surprise est semblable. «Je ne peux pas y croire. Soixante-treize ans ans c’est long. J’aurais pu être mort. C’est incongru de savoir que je vais la tenir de nouveau», a dit John Edward Hill dans une interview à la chaîne LocalSyr. Le vétéran a pu s’entretenir par webcam avec le Français pour le remercier d’avoir retrouvé le cadeau de sa mère, qu’il a depuis reçu par la poste avec des biscuits de Sainte-Mère-Église, ville libérée par les parachutistes américains lors du Débarquement.

CIM Internet