Paris Match Belgique

200 Bruxelloises ont pédalé pour encourager les femmes à se mettre en selle

200 Bruxelloises ont pédalé pour encourager les femmes à se mettre en selle

Image d'illustration. | © Unsplash / Blubel

Société

« Le vélo n’est pas qu’une affaire d’hommes », rappelle la porte-parole du mouvement Julie Van Garsse.

 

Quelque 200 femmes ont enfourché leur vélo dimanche en vue d’attirer l’attention sur la faible proportion de femmes cyclistes dans les rues de Bruxelles. Les participantes ont pédalé de la place Jo Cox, au coeur de la capitale, jusqu’à Laeken, où une nouvelle fresque murale représentant une cycliste devait être inaugurée près de Bockstael. L’échappée était organisée par l’ASBL féministe Zij-kant.

200 Bruxelloises ont pédalé pour encourager les femmes à se mettre en selle
La fresque murale, adossée au mur de l’école Léopold Ier à côté de la place Bockstael, a été réalisée par l’artiste Anthea Missy. © Belga Image

« Les femmes représentent à peine un tiers des cyclistes à Bruxelles. Elles sont sous-représentées, ce qui révèle clairement un problème », a souligné la porte-parole du mouvement Julie Van Garsse. « À travers cette action, nous voulions mettre en évidence que le vélo n’est pas qu’une affaire d’hommes. Dans le même temps, les élus doivent se rendre compte qu’il existe encore de nombreux obstacles à surmonter pour que davantage de femmes adoptent le vélo comme mode de transport », a-t-elle ajouté.

Lire aussi > Ce que vous avez le droit de faire (ou pas) au guidon de votre vélo

L’insécurité et le harcèlement de rue n’aident pas

Selon Zij-kant, plusieurs facteurs expliquent la moindre proportion de femmes dans le peloton de cyclistes bruxellois. « L’insécurité, d’abord », avance Julie Van Garsse. « Les femmes y sont plus sensibles car c’est souvent elles qui transportent les enfants. Et l’infrastructure est parfois manquante sur les trajets menant aux crèches, au travail ou aux magasins. Les pistes cyclables sont souvent trop étroites et les parkings vélos ne sont pas suffisants », poursuit-elle.

“The bicycle did more to emancipate women than anything else in the world.”Dat het een succes was. #womenbikethecity

Publiée par Zij-kant sur Dimanche 13 septembre 2020

L’ASBL y ajoute le harcèlement de rue « qui reste un problème », précise-t-elle, « tout comme le fait que le cyclisme féminin ne soit pas socialement acceptable dans certaines communautés, ou en tout cas dans une moindre mesure que pour les hommes et les enfants », conclut-elle.

Lire aussi > 10 conseils pour vous mettre au vélo cet hiver

Avec Belga

Mots-clés:
Bruxelles vélo femmes
CIM Internet