Paris Match Belgique

L’histoire de Rekha Mishra, policière à Bombay, qui sauve les enfants des rues

En Inde, 11 millions d'enfants vivent dans les rues. | © Flickr / Peter Rivera

Société

Alors que chaque année plus de 50 000 enfants sont portés disparus en Inde, Rekha Mishra, agent gouvernementale, sauve depuis plusieurs années les enfants perdus à Bombay.

C’est l’histoire incroyable d’une policière indienne. Rekha Mishra a 32 ans et est une sorte d’« ange gardien » des enfants dans sa ville. Constatant quotidiennement leur détresse dans les rues de la capitale de l’État indien du Maharashtra, cette femme se consacre depuis plusieurs années au sauvetage des enfants perdus. Laissés aux mains d’adultes malveillants, égarés dans une ville qui ne parle pas leur langue, ils se retrouvent souvent à des milliers de kilomètres de chez eux. 

Lire aussi > Birmanie : des enfants, du travail et des usines

C’est dans les ruelles isolées ou aux alentours de la gare que Rekha Mishra recueille le plus souvent ces enfants. « Ils embarquent sur des trains de longue distance sans savoir où aller, raconte l’agent de police affectée au terminus Chhatrapati Shivaji, la plus grande gare de Bombay dans une interview pour Radio Canada. Les trains ne vont pas plus loin, donc ils finissent par sortir ici ».

En 2016, elle a sauvé près de 434 enfants

Parmi eux, elle se souvient de trois jeunes filles « Elles s’étaient échappées des griffes de kidnappeurs et erraient dans la gare, incapables de parler hindi et anglais. Je les ai recueillies, et nous avons trouvé une personne parlant tamoul pour traduire et nous permettre de retrouver les parents », poursuit Rekha Mishra.

Une fois que les enfants sont à l’abri, la policière tente de les rassurer et essaye de les questionner afin de retrouver leur famille. « Je les recueille, je les écoute et je les guide ». Quand personne ne répond à l’appel, elle les place alors dans un refuge gouvernemental au sein duquel ils tentent de se reconstruire.

Lire aussi > En Syrie, les enfants paient le prix fort à la guerre

L’histoire de Rekha Mishra dénonce une problématique majeure en Inde : Sonu, Pooja, Mali, Sahu, autant de noms d’enfants que le gouvernement ne retrouvera peut-être pas.

Lion, le film qui raconte leur histoire

Sorti en octobre 2016 et nominé six fois aux Oscars, Lion raconte l’histoire de Saroo, un Indien de cinq ans qui se retrouve perdu dans une ville qu’il ne connait pas, après s’être endormi dans le train en accompagnant son frère au travail. Ce scénario, tiré d’une histoire vraie, ressemble malheureusement beaucoup au quotidien de nombreux jeunes Indiens.

En Inde, 11 millions d’enfants vivent dans les rues. Entre janvier 2012 et mars 2017, près de 250 000 enfants ont été enregistrés comme disparus, selon les chiffres du portail « Track Child » du gouvernement indien. Pourtant, beaucoup de militants dénoncent que ces données ne sont qu’en partie visibles et que la réalité est sans doute bien pire.

En Inde, les causes de disparitions sont multiples. Souvent, ce sont des fugues : après avoir subi des abus, de la violence ou après avoir essayé d’échapper à la pauvreté, ils espèrent trouver une meilleure vie dans les grandes villes. Parfois, ces enfants sont aussi recrutés par des réseaux illégaux de mendicité ou par des cartels de drogue. Mais la principale cause de disparition reste le kidnapping. Vendus comme esclaves, pris au piège de pervers sexuels, envoyés à l’autre bout du monde, ou encore victimes des réseaux de prostitution.

CIM Internet