Paris Match Belgique

Malgré l’abandon des poursuites pour viol, Scotland Yard est toujours à la poursuite de Julian Assange

Julian Assange est reclu à l'ambassade équatorienne de Londres depuis 2012. | © AFP PHOTO / BEN STANSALL

Société

Les poursuites contre Julien Assange, accusé de viol par une Suédoise, ont été abandonnées. Scotland Yard peut pourtant toujours l’arrêter, dans véritable jeu du chat et de la souris.

C’est une semi-victoire, qui pèse finalement bien peu dans la balance : les poursuites pour viol contre Julian Assange ont été abandonnées ce vendredi 19 mai en matinée. Le fondateur de WikiLeaks, poursuivi depuis août 2010, avait toujours nié les accusations d’une jeune Suédoise, arguant qu’il s’agissait d’une manœuvre pour le faire extrader vers les États-Unis. L’homme vit en effet reclu depuis 2012 à l’ambassade équatorienne de Londres, après avoir fait fuite des documents militaires et diplomatiques confidentiels américains.

Aujourd’hui, « la procureure Marianne Ny a décidé de classer sans suite l’enquête pour viol présumé contre Julian Assange », fait savoir le parquet dans un communiqué. Tout sourire, le grand blond n’a pas manqué de publier une photo victorieuse de lui sur Twitter.

Pourtant, la cavale du lanceur d’alerte n’est pas prête de s’achever. « Maintenant que la situation a changé et que les autorités suédoises ont abandonné leur enquête sur cette question, Monsieur Assange reste recherché pour une infraction beaucoup moins grave », a fait savoir la police londonienne.

Bien que le mandat d’arrêt européen lancé par la Suède dans le cadre de cette affaire de viol soit désormais caduque, Assange est ainsi toujours coincé à l’ambassade pour avoir enfreint sa liberté sous-caution le 29 juin 2012 – pour rejoindre la-dite ambassade.

Scotland Yard s’est ainsi dit « obligée » d’arrêter Julain Assange s’il sortait de sa prison dorée.

 

CIM Internet