Paris Match Belgique

Christine and the Queens dénonce le sexisme dans l’industrie musicale avec un message fort

Chris, MeeToo

Un message largement relayé. | © Belga Image

Société

La chanteuse a souhaité dénoncer le sexisme et le harcèlement dans le milieu musical.

 

Depuis cet été, le mouvement #MeToo grandit de plus en plus dans le secteur de la musique. Le hashtag #MusicToo a même fait son apparition. Récemment, les rappeurs Roméo Elvis et Moha La Squale ont même été au coeur de l’actualité après avoir été accusés d’agression sexuelle.

Face au phénomène, la chanteuse Christine and the Queens (maintenant Chris) a décidé de réagir. Ce 2 octobre, elle a posté un long message sur Instagram dans lequel elle prend position et défend les femmes dans l’industrie en appelant à la libération de la parole.

Lire aussi > Le rappeur Moha La Squale visé par une 4e plainte pour agressions sexuelles

 

 

View this post on Instagram

 

J’ai quelque chose à dire, et c’est long. #tunespasseule @musictoofrance

A post shared by Chris (@christineandthequeens) on

« Je ne suis pas surprise d’apprendre que, dans le milieu musical, comme dans tous les autres milieux, la libération de la parole engendre un bouleversement qu’il est ensuite difficile de maîtriser. Chacune, nous avons connu une forme plus ou moins ténue de harcèlement, des remarques sexistes, comme toutes nos sœurs qui marchent dans des bureaux, qui rentrent tard la nuit, qui sont de corps de métiers radicalement différents du nôtre. Être une femme dans un bureau de maison de disques, c’est être une femme comme les autres (…) Je suis chanteuse, mais avant d’être chanteuse j’avais déjà exprimé le sexisme à l’air libre, celui qui ne se formule pas comme tel, celui qui se défend même de l’être » , écrit-elle.

 

View this post on Instagram

 

J’ai quelque chose à dire, et c’est long, la suite. #tunespasseule @musictoofrance

A post shared by Chris (@christineandthequeens) on

Chris poursuit ensuite en expliquant n’avoir jamais été directement touchée par le sexisme, ce qu’elle doit selon elle à sa réputation de féministe et de « chieuse », mais elle tient à apporter son soutien à « ses soeurs », comme elle les appelle. Elle va jusqu’à dénoncer un « système protégé par un silence ouaté ». Elle souhaite aujourd’hui que tout le monde puisse parler librement et partager son histoire, malheureusement traumatisante. « Il est temps de commencer pour de bon cette discussion désagréable, terrifiante, de la violence patriarcale. Il est temps de la déconstruire, de la décortiquer », poursuite l’artiste de 32 ans, « Je voudrais qu’on laisse toutes les femmes qui veulent raconter leur histoire, je voudrais qu’on les laisse terminer leurs phrases ». 

Lire aussi > La femme qui accuse Roméo Elvis détaille l’agression sexuelle qu’elle a subie

Son message a été largement relayé sur les réseaux sociaux, Claire Laffut a même déclaré avoir les larmes aux yeux.

 

CIM Internet