Paris Match Belgique

Les Belges frileux à l’idée de partager leurs données sur le web

info personnelles, web, vente en ligne

Vous sentez-vous concernés ? | © Pixabay

Société

En ligne, nous sommes très souvent invités à partager nos informations personnelles. Un geste qui n’est pas sans conséquence pour la plupart des Belges.

La majorité des Belges sont favorables aux transactions en ligne via les smartphones, mais restent vigilants quant à leur vie privée. Pas moins de six Belges sur dix ne souhaitent pas partager leurs données personnelles en ligne, ressort-il d’une enquête communiquée mercredi et menée par l’application d’identification en ligne « Itsme » à l’occasion du mois européen de la cybersécurité. L’enquête, qui a été menée auprès de 1.015 Belges en possession d’un smartphone, montre que le Belge dispose en moyenne de 17 applications sur son smartphone.

Dans ce monde numérique, cependant, la vie privée reste une préoccupation importante. Près de 6 Belges sur 10 ne veulent pas partager leurs données personnelles en ligne. Ils ont peu de difficultés à communiquer leur prénom, leur sexe, leur nationalité et leurs loisirs, mais le partage de données de nature plus privée, telles que le nom de famille, l’adresse ou les revenus, sont beaucoup plus difficiles. Il est frappant de constater que plus le secteur en question est commercial, plus le Belge se méfie.

Lire aussi > Une chaîne de café permet de régler l’addition avec… des données personnelles

En ce qui concerne les méthodes d’identification, 97% des Belges sont familiarisés à la carte bancaire et au lecteur de carte correspondant. Cela reste également la méthode la plus utilisée, puisque 66% des personnes interrogées l’utilisent, soit plus que la carte d’identité électronique et le lecteur de carte ad hoc (54%) ou leurs identifiants sur Facebook ou Google (45%).

L’enquête montre également que 8% des Belges ont déjà été victimes de hameçonnage (phishing). Plus de six Belges sur dix (66%) pensent que cela ne s’arrêtera pas là. Et sur les 92% de Belges qui n’ont jamais eu affaire à la fraude d’identité, 65% sont absolument convaincus que cela leur arrivera tôt ou tard.

Par Belga 

CIM Internet