Paris Match Belgique

« Un uniforme doit être un uniforme » : Jan Jambon ne veut pas de signes religieux à la police

Jan Jambon le 18 mai 2017. | © BELGA/NICOLAS MAETERLINCK

Société

La neutralité est un devoir qui s’impose aux policiers et ceux-ci ne peuvent pas porter de signes religieux ostensibles, a souligné ce dimanche 21 mai le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), au cours de l’émission De Zevende Dag (VRT).


« Un uniforme doit être un uniforme », a fait remarquer le ministre à la suite du débat lancé par le député-bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (sp.a). Le socialiste flamand souhaite qu’au sein de la police une réflexion similaire à celle entamée à Amsterdam pour attirer davantage de femmes d’origine étrangère soit menée. M. Jambon reconnaît toutefois que la composition d’un corps de police doit refléter la diversité de la société.

Lire aussi > Yvan Mayeur : « Il n’y a pas et il n’y aura pas d’autorisation de port du voile au sein de la police de la Ville »

« On n’y arrivera pas avec des symboles qui compliquent la diversité et l’intégration, mais en recrutant de la façon la plus diverse, ce que nous faisons aujourd’hui », a-t-il ajouté en faisant référence à un projet pilote mené à Anvers. À la Ville de Bruxelles, le bourgmestre Yvan Mayeur (PS) ne veut pas non plus entendre parler de signes religieux dans la police. « La police est un service public et doit être neutre », a-t-il rappelé ce week-end. Son collègue de Saint-Josse, Emir Kir (PS), interrogé dans les journaux de Sudpresse, juge en revanche que le débat peut être ouvert, car « on ne pourra l’éviter ». Plusieurs services de police dans des pays occidentaux autorisent les policières à porter le voile. C’est le cas depuis une dizaine d’années à Londres et depuis l’an passé au Canada.

(Avec Belga)

CIM Internet