Paris Match Belgique

Tom Hanks parle de ses vacances avec les Obama en Polynésie et c’est (très) drôle

Vidéo Société

Invité dans l’émission américaine « The Late Show » présentée par Stephen Colbert, l’acteur Tom Hanks est revenu sur son séjour en Polynésie et a raconté une petite anecdote très drôle avec un « vélo tout pourri ».

 

En mars dernier, l’ancien président des États-Unis Barack Obama était en vacances pendant un mois en Polynésie française, avec sa femme. Et il n’était pas le seul. L’acteur américain Tom Hanks y était aussi. Ainsi que Oprah Winfrey et Bruce Springteen.

Lire aussi > 10 choses que Barack Obama devrait faire durant ses vacances en Polynésie française

Invité dans l’émission diffusée sur CBS, « The Late Show with Stephen Colbert », Tom Hanks s’est mis à raconter une anecdote sur son séjour en Polynésie. Sur Facebook, la séquence a été traduite en français par Les Nouvelles Neuves de Tahiti. Extraits choisis. « (Je) me suis fait niquer. Au sens figuré, pas au sens propre. (…) Vous êtes là-bas et tous les jours, c’est La Croisière s’amuse dans un lieu de villégiature fantastique. Et quelqu’un demande : qui veut faire du vélo demain ? (…) Alors ils ont appelé un gars qui louait des vélos pour tout le monde. Je ne sais pas combien il y en avait, mais il y en avait beaucoup. Il y avait une rangée de vélos loués pour nous des quatre coins de la Polynésie… Tahiti… Bora Bora… Et bang bang bang… tout le monde monte sur un vélo et démarre, et je dois te dire : il y avait des supers vélos, il y avait des vélos sympathiques, et il y avait une saleté de merde de vélo. Et qui d’après vous à eu ce vélo ? » Eh oui, c’était Tom Hanks.

Je vais te dire ce que c’est de faire du vélo à Tahiti : tu montes, tu montes et tu montes ! Un repos ? NON !

« L’ancien président, Oprah… Ils partent tous avec leur vélo ! Moi, je me suis retrouvé avec un vélo où vous ne pouvez même pas délivrer les journaux avec. D’abord, c’était un vélo de fille trop petit, avec la barre courbée au milieu. Et mon vélo n’avait qu’une vitesse alors que tous les autres en avaient 27.​ Et puis on te dit « les îles polynésiennes, c’est super pour faire du vélo, c’est tout plat. Mais c’est des conneries tout ça ! (…) Je vais te dire ce que c’est de faire du vélo à Tahiti : tu montes, tu montes et tu montes ! Du repos ? NON ! Tu montes, tu montes… Et j’arrêtais pas de pédaler ! Je suis passé devant six maisons tahitiennes, avec des toits en tôle ondulée. Dans ce paradis, ils peuvent vivre dans ce type de maison. Dans toutes ces maisons, il y avait un coq en liberté qui tournait autour, un chien méchant accroché à une corde, une petite antenne satellite pointant l’horizon, et des gens très sympathiques qui m’ont fait signe, et qui font signe à tous les gens qui passent. Et ils m’ont crié ces mots dans leur langue : vélo tout pourri ! »

CIM Internet