Paris Match Belgique

Un enfant de six mois décède dans le naufrage d’un bateau de migrants [VIDÉO]

open arms migrants

Les images du sauvetage publiées par l'ONG Open Arms. | © Capture d'écran Twitter @openarms_fund.

Société

« Tout cela s’est passé à quelques kilomètres seulement d’une Europe indifférente. »

 

Les images sont insoutenables. Elles ont pourtant été publiées sur le compte Twitter officiel d’Open Arms, ONG espagnole destinée au sauvetage de vies humaines à la mer. Un choix qui fait suite au naufrage et à la mort d’un enfant de six mois, alors qu’il voyageait en compagnie de sa mère sur un bateau pneumatique. L’embarcation de fortune surchargée serait partie de Sabratha, en Libye, selon le Guardian, et aurait chaviré avec plus de 100 migrants à bord. Cinq autres individus seraient décédés à la suite de cet incident.

Le garçon de six mois surnommé Joseph et originaire de Guinée aurait d’abord survécu au naufrage à bord du bateau de sauvetage. Il se trouvait en « arrêt respiratoire » lorsqu’il a été repêché par l’association Open Arms. Les sauveteurs ont demandé aux autorités maltaises et italiennes de l’évacuer pour le soigner. Cependant, lorsque les gardes-côtes italiens sont arrivés, Joseph était déjà mort. En vingt-quatre heures, Open Arms a secouru près de 200 personnes.

« Nous avons fait tout notre possible pour sauver les personnes à bord, » a déclaré l’équipe médicale de l’ONG Italian Emergency, opérant à bord du Open Arms. « Tout cela s’est passé à quelques kilomètres seulement d’une Europe indifférente. Au lieu de préparer un système de recherche et de sauvetage structuré, ils continuent à faire l’autruche, faisant semblant de ne pas voir le cimetière qu’est devenue la mer Méditerranée ».

Depuis le début de l’année 2020, environ 575 personnes sont mortes en Méditerranée centrale. Selon l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), le nombre réel serait considérablement plus élevé. À l’heure actuelle, Open Arms demeure le seul bateau de sauvetage d’une ONG opérant en Méditerranée centrale. De nombreux autres bateaux de sauvetage sont bloqués dans les ports italiens en raison du refus des autorités d’autoriser leur départ.

CIM Internet