Paris Match Belgique

« Ce sketch est allé trop loin » : Cyril Hanouna publie une lettre d’excuses

Cyril Hanouna | © BELGA/PHOTOPQR/LE PARISIEN

Société

Dans une tribune publiée sur le site internet de Libération, l’animateur de Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna, est revenu sur la polémique qui l’accuse d’avoir organisé un canular jugé homophobe.

 

Mardi 23 mai, une procédure de sanction a été ouverte par le Conseil Supérieur de l’audivisuel (CSA) en France à l’encontre de la chaîne du groupe Canal+ : C8. « Constatant que cette chaîne avait déjà fait l’objet de deux mises en demeure pour méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire, le directeur général du CSA a transmis ce mardi au rapporteur indépendant les nouveaux éléments liés au canular de Cyril Hanouna, ce qui ouvre une procédure de sanction »  indique un communiqué du CSA.

Le CSA rappelle que « ce n’est qu’à l’issue de cette instruction, dont le rapporteur est le seul maître du calendrier, que le Conseil, après audition, peut se prononcer sur une éventuelle sanction » et « déplore qu’on lui impute le délai de la procédure dont seul le rapporteur, en application de la loi, a la maîtrise ». Assurant « s’efforcer de prendre les décisions qui relèvent de sa compétence avec la rapidité requise, en particulier lorsque le public par ses réactions manifeste sa vive émotion », le CSA estime qu’« il apparaît nécessaire de faire évoluer le cadre juridique de la procédure afin de la rendre plus efficace et plus conforme aux impératifs de nos missions ».

Cyril Hanouna essayerait-il de se racheter ?

Quelques heures après cette annonce, l’animateur accusé d’homophobie après avoir monté un canular lors du prime « TPMP Radio Baba ! », a publié une lettre d’excuses sur le site web du journal Libération. L’homme de 42 ans confie regretter d’avoir fait ce sketch graveleux.

Lire aussi > Sébastien Ministru à Cyril Hanouna : « On n’est pas énervés ou susceptibles depuis hier. On est énervés depuis des années ! »

« Si ce canular n’a pas fait rire chacun avec tous et au contraire est apparu comme pouvant accentuer l’homophobie alors, c’est qu’au final, ce sketch n’avait pas lieu d’être. Je le regrette donc et je présente encore une fois toutes mes excuses et en premier lieu, à toutes celles et ceux qui ont été blessés, peinés ou choqués par mes propos », a-t-il écrit.

Selon lui, il aurait été emporté par sa « fougue ». « Cette fois-ci, ma liberté d’expression, celle que je chérie par-dessus tout et que je revendique comme mon emblème, a porté atteinte à autrui. Je n’ai donc pas, pour cet instant, mérité ma liberté d’expression. Ma motivation était certes comme toujours de vous divertir et de partager avec vous ce que j’ai cru, dans un instant de passion, drôle. Cela ne l’était pas et je ne me suis pas mis à la place des personnes que j’associais à mon canular », indique encore l’intéressé.

« Ce sketch est allé trop loin »

Cyril Hanouna affirme avoir eu une prise de conscience à l’égard de son public. Dans TPMP, « nous nous retrouvons chaque soir avec l’idée que personne n’est épargné car évidement personne n’est exclu. Ce qui se passe depuis quelques jours autour de ce sketch me fait prendre conscience qu’aujourd’hui, en 2017, ce n’est pas vrai partout et pour tous en France. Qu’aujourd’hui, en France, des homosexuels souffrent encore trop du rejet. Ce sketch est allé trop loin. Je n’ai jamais voulu les stigmatiser d’aucune manière. Je n’ai jamais voulu être malveillant, porter atteinte à quelque dignité humaine ou à quelque vie privée que ce soit. Au contraire. J’ai toujours pensé que rire de tout avec tout le monde était la meilleure manière de respecter toutes les différences, d’inclure, de rapprocher, de rassembler, bref de s’aimer. J’avais tort », a-t-il expliqué.

Lire aussi > Le CSA belge enregistre un record de 20 000 plaintes pour la séquence jugée homophobe de Cyril Hanouna

« Tout cela m’a fait réfléchir en profondeur à la conséquence de certaines de mes attitudes ». Le producteur de télé a alors annoncé qu’il envisageait de se rapprocher d’associations, « pour voir comment » il pourrait s’engager, « plus efficacement » pour faire reculer « l’insupportable exclusion », « pour que la différence cesse d’être une souffrance », avant de conclure : « Mon soucis premier dans toutes mes émissions a toujours été de divertir le public et de rire avec eux et jamais à leur dépend. Dans ce cas précis ça n’était pas le cas et cela ne se reproduira plus ».

CIM Internet