Paris Match Belgique

Les ratons laveurs, ces stars d’Instagram

Instagram @pumpkintheraccoon

Société

Ils s’appellent Pumpkin, Melanie, Meeko ou encore Fedor, et ce sont des ratons laveurs, mais surtout des stars d’Instagram.

 

C’est assez peu commun de se dire que l’on va adopter un raton laveur. Et pourtant. Ce petit mammifère omnivore et sauvage se domestique plutôt bien et s’acclimate à l’être humain et même aux chiens. Réputés pour être espiègles, opportunistes et paresseux (des points communs avec les chats) les ratons laveurs n’ont jamais eu autant la cote sur les réseaux sociaux que ces dernières années. En plus de tourner dans certaines vidéos érotiques à leur insu, les ratons laveurs -aussi appelés raccoons, le nom anglais- fidélisent des milliers voire des millions d’abonnés sur Instagram. Et ça se comprend : petites pattes, gros bidou et yeux cernés de noir, de quoi nous faire chavirer.

Lire aussi > Sauvés d’une ferme à fourrure, ces renards font craquer Instagram

Petite sélection de quelques comptes de raccoons à suivre absolument sur Instagram.

On commence avec Baxter Rigby :

A post shared by Baxter Rigby (@baxterrigby) on

A post shared by Baxter Rigby (@baxterrigby) on

On quitte les États-Unis pour la Russie avec Gordey :

A post shared by @gordey_raccoon on

A post shared by @gordey_raccoon on

Et Fedor :

Lire aussi > Dans les valises de Mr Pokee, le hérisson globe-trotteur

On repart aux USA, en Arkansas, retrouver Hermes :

A post shared by @hermestheraccoon on

A post shared by @hermestheraccoon on

Voici Meeko, décrit comme un « sociopathe domestique » :

A post shared by Meeko (@raccoon_problems) on

A post shared by Meeko (@raccoon_problems) on

Melanie, elle, est le raton laveur « le plus intelligent du monde » :

Et le meilleur pour la fin, le plus célèbre de tous les ratons laveurs aux 1,2 million d’abonnés : Pumpkin (« Citrouille » en anglais) qui vit aux Bahamas et se prend pour un chien :

En Belgique, les ratons laveurs sont de plus en plus présents depuis une dizaine d’années. Ils sont d’ailleurs considérés depuis 2015 comme une « espèce envahissante » en Wallonie et représenteraient une menace pour la biodiversité.

CIM Internet