Paris Match Belgique

Sexisme à l’ULB : le bureau des étudiants dénonce une pratique « violente » et généralisée

Du progrès à faire à l'ULB pour combattre le sexisme | © Belga

Société

Les consignes envoyées par la Faculté de Médecine de l’ULB en vue de la proclamation ont fait le (bad) buzz : au programme pour les filles : jupe ou robe ainsi qu’un joli décolleté. Un mail sexiste, qui ne serait que le symptôme d’un problème plus grave à l’université, dénoncé par le bureau des étudiants.

Rififi en Faculté de Médecine : pour leur cérémonie de proclamation, qui se produira le 28 juin prochain, les jeunes femmes sont invitées à revêtir d’une robe ou d’une jupe ainsi qu’un joli décolleté. Envoyé par une personne en charge de l’organisation de la proclamation des diplômé(e)s, le mail précise que cette consigne n’est pas obligatoire, ce qui n’empêche pas l’information de se propager rapidement sur les réseaux sociaux. En réponse au buzz, Marco Schetgen, doyen de la Faculté, s’est étonné : « J’ai eu confirmation que le mail était bien parti du secrétariat. Ils doivent me dire lundi quelle est la personne qui l’a écrit […] C’est probablement une femme qui est à l’origine de cet écrit, puisque le secrétariat n’est composé que de femmes. C’est étonnant ».

Lire aussi > Un mail sexiste de l’ULB crée la polémique

Pas un incident isolé

Le Doyen de l’ULB, lui, a présenté par mail ses excuses aux étudiantes de l’université pour ce courriel « déplacé et contraire à nos valeurs ». Problème, selon le Bureau des étudiants de l’ULB, il s’agirait plutôt d’un malaise généralisé que d’un incident isolé. Ainsi qu’ils l’ont souligné dans un communiqué, « cet incident ne nous rappelle que trop bien que l’ULB n’est pas imperméable au sexisme. Au quotidien, ce dernier prend des formes très diverses mais toutes violentes : propos sexistes tenus par des étudiant(e)s ou professeur(e)s, des syllabi qui entretiennent des stéréotypes genrés, harcèlement moral, affiches à caractère dégradant, harcèlement sexuel, agressions… ».

Lire également > Les Belges « déprimées » par le sexisme

Toutes facultés confondues

Une tendance préoccupante, que les étudiants tentent de renverser. « Le Bureau des étudiants œuvre à combattre le sexisme ordinaire et les oppressions qui y sont liées. Il a, aux côtés des autorités de l’ULB, du Cercle féministe, de l’Association des cercles étudiants et du Cercle du libre examen, proposé des pistes de solutions, et notamment la création d’une plateforme pour recueillir les témoignages des victimes, l’adoption d’une charte anti-sexisme et la création d’une commission paritaire, qui serait en charge de traiter les affaires de sexisme ». Avec un rappel : « le sexisme n’est pas l’apanage d’une faculté ou d’une autre, pas plus qu’il n’est plus présent chez les étudiant(e)s que chez les professeur(e)s ou le personnel et qu’il n’a ni âge ni visage ».

 

CIM Internet