Paris Match Belgique

Evan Rachel Wood accuse Marilyn Manson, son ex-fiancé, d’avoir abusé d’elle

evan rachel wood

Evan Rachel Wood et Marilyn Manson se sont fiancés en 2010, avant de se séparer plus tard dans l'année.

Société

En 2018, l’actrice Evan Rachel Wood révélait pour la première fois avoir été victime de violences domestiques sans dévoiler de nom.

Dans un message Instagram publié ce lundi 1er février, la star de Westworld a révélé qu’il s’agissait en fait de son ex-fiancé Marilyn Manson. La relation entre les deux artistes avait été rendue publique en 2007, alors qu’elle avait 19 ans et lui 38. Ils s’étaient fiancés en 2010 avant de rompre quelques mois plus tard.

Dans le post Instagram en question, elle déclare : « Le nom de mon agresseur est Brian Warner, également connu dans le monde entier sous le nom de Marilyn Manson. Il a commencé à me préparer lorsque j’étais adolescente et a horriblement abusé de moi pendant des années. On m’a fait un lavage de cerveau et on m’a manipulé pour me soumettre. J’en ai fini de vivre dans la peur des représailles, de la calomnie ou du chantage. Je suis ici pour dénoncer cet homme dangereux et appeler les nombreuses industries qui l’ont rendu possible, avant qu’il ne ruine d’autres vies. Je me tiens aux côtés des nombreuses victimes qui ne se tairont plus ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Evan Rachel Wood (@evanrachelwood)

Suite à sa déclaration, plusieurs femmes ont à leur tour brisé le silence, accusant Marilyn Manson de différents abus sexuels. Parmi elles : Le mannequin Sarah McNeilly et des femmes prénommées Ashley Lindsay Morgan, Gabriella ou encore Ashley Walters.

À partir de son expérience personnelle, Evan Rachel Wood s’est engagée dans la lutte contre les violences conjugales. Celle qui se considère comme « une survivante » a notamment lancé le projet de loi Phoenix en 2019, qui étend la prescription des violences domestiques de trois à cinq ans. Projet de loi qui est entré en vigueur en janvier 2020. À l’époque, Wood avait témoigné devant le Sénat californien, racontant que son agresseur (sans le citer à l’époque) lui avait caché sa dépendance à l’alcool et à la drogue et qu’il « avait des accès de jalousie extrême, ce qui l’amenait souvent à détruire notre maison, à me coincer dans une pièce et à me menacer ». « J’ai eu le courage de partir plusieurs fois, mais il appelait sans cesse chez moi et menaçait de se suicide. Une fois, je suis revenu pour essayer de désamorcer la situation, il m’a coincé dans notre chambre, et m’a demandé de m’agenouiller. Ensuite, il m’a attaché par les mains et les pieds. Une fois que j’ai été attaché, il m’a battue. Pour lui, c’était une façon de me prouver ma loyauté. La douleur était atroce. C’était comme si j’avais quitté mon corps et qu’une partie de moi était morte ce jour-là », a-t-elle raconté.

En mars 2018, un article de la revue Glamour intitulé « Pourquoi personne ne parle du « fantasme » de Marilyn Manson de tuer Evan Rachel Wood » racontait comment, en 2019, Marilyn Manson avait déclaré en interview fantasmer « tous les jours de lui fracasser le crâne avec un marteau de forgeron ». Marilyn Manson et ses représentants ne se sont pas encore exprimés sur l’affaire.

CIM Internet