Paris Match Belgique

Des vidéos de David Letterman, présentateur du « Late Show », avant l’ère #MeToo refont surface et créent le malaise

david letterman

Lindsay Lohan sur le plateau de l'émission "Late Show" de David Letterman en avril 2013. | © The Oklahoman Video Archive

Société

D’anciennes vidéos du présentateur légendaire sont réapparues récemment, et elles mettent Twitter très mal à l’aise.

 

Les plus grandes stars se sont installées sur le fauteuil de David Letterman. Parmi elles, Jennifer Aniston, Lindsay Lohan, Drew Barrymore, Madonna,… Pour le meilleur, et parfois pour le pire, comme en témoignent d’anciennes interviews de l’animateur à l’ère pré #MeToo.

Lire aussi > Ryan Reynolds enflamme Internet en se moquant d’une pub accusée de sexisme

Deux vidéos en particulier font le tour du web depuis qu’un internaute a questionné le comportement du célèbre animateur de talk-show sur Twitter. La première vidéo date de mars 2013, lorsque Lindsay Lohan est interviewée à propos de son addiction à la drogue, sujet qui semble pourtant avoir été prévu de ne pas aborder. « Vous n’êtes pas supposée être en cure de désintoxication en ce moment ? Combien de fois y êtes-vous allée ? », l’interroge sans détour le présentateur. « Vous devriez vous demander pourquoi vous avez toujours des problèmes », poursuit-il alors que l’on aperçoit les larmes de l’actrice monter. « Vous ne pouvez pas plaisanter avec ces choses-là. C’est tellement méchant », déclare l’actrice, bouleversée. Une séquence difficile à regarder jusqu’au bout.

15 ans plus tôt, c’est lors d’une interview avec Jennifer Aniston, venue pour la promotion de son film The Object of My Affection, en 1998, que le comportement de David Letterman pose une nouvelle fois franchement question. « Pardonnez-moi si c’est impoli, je veux juste essayer quelque chose », déclare alors l’animateur. Il s’avance vers l’actrice et rapproche dangereusement son visage du sien. Il gobe alors littéralement une de ses mèches de cheveux et se met à la sucer. Très gênée, la comédienne opère un brusque mouvement de recul. « Je suis désolé, c’est probablement à cause de la chaleur », s’amuse le présentateur en regagnant son siège.

Même bataille dans une interview en 2007 avec Paris Hilton, dans laquelle il questionne la chanteuse sur son récent séjour en prison, alors qu’elle tente par tous les moyens d’éviter le sujet. Alors qu’elle l’implore de ne plus parler de ça, parlant d’« expérience traumatisante » et de son désir d’« aller de l’avant », il lui rétorque en riant « C’est tout ce dont j’ai envie de parler ». Parmi ses autres victimes : Britney Spears, Janet Jackson ou encore Christina Aguilera. Sur les réseaux, les internautes ont réclamé deux choses, qu’on ne mette pas la responsabilité de ces séquences sur le compte de l’époque, ni sur celle du soi-disant consentement des actrices dans ces scènes. Quant à la misogynie des médias, des progrès restent à faire, encore aujourd’hui !

CIM Internet