Paris Match Belgique

Accusations de viols et d’inceste : Coline Berry « prête à pardonner » Richard Berry

Accusations de viols et d'inceste : Coline Berry "prête à pardonner" Richard Berry

Coline Berry. | © Thomas SAMSON / AFP

Société

Coline Berry est revenue mercredi sur Europe 1 sur les accusations d’inceste et de viols portées contre son père, le comédien Richard Berry, qu’elle se dit « prête à pardonner ».

 

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Coline Berry est prête à pardonner à son père et a déposé plainte contre lui pour « arriver à un moment donné à une paix » personnelle. Elle a peu pris la parole dans les médias depuis que ses accusations de viols et d’agressions sexuelles contre Richard Berry ont été rendues publiques, mais mercredi, elle a témoigné au micro d’Europe 1, notamment pour expliquer pourquoi elle avait attendu toutes ces années pour parler des viols et gestes incestueux qu’elle dit avoir subis durant l’enfance de la part de son père. « À un moment donné il n’y a plus d’autre solution. C’est difficile de libérer cette parole, c’est la peur de mon père, la peur de blesser la famille, c’est des prises de conscience qui grandissent au fur et à mesure et c’est le continuum d’une souffrance qui ne fait que s’additionner avec les années et qui fait qu’à un moment ça ne devient plus possible », a-t-elle expliqué.

Lire aussi > Richard Berry dément les accusations d’inceste d’une de ses filles [VIDÉO]

Lorsqu’elle était plus jeune, elle ne se rendait pas compte que « certaines choses » qu’elle dit avoir vécues de la main de son père n’étaient pas normales. « Je ne voyais pas en quoi c’était déconnant. C’est le recul, en allant chez mes amis et en voyant bien que leurs parents ne se comportaient pas de cette façon, en voyant aussi la réaction de mes amis quand ils étaient avec moi chez mon père », a-t-elle déclaré, décrivant « une prise de conscience progressive ». « Après, sur la mesure de la gravité de ce qu’il s’est passé, c’est surtout avec l’aide d’une psy que j’ai réussi à poser des mots dessus. »

« C’est toujours mon père et je l’aime »

Dans sa plainte déposée le 29 janvier pour « des faits de viols ou d’agressions sexuelles incestueux, et de corruption de mineure » dévoilée par Le Monde, Coline Berry raconte que Richard Berry et Jeane Manson [qui a vécu avec Richard Berry entre 1984 et 1986] avaient convié « après leurs ébats » dans leur chambre Coline Berry, alors petite fille, pour s’adonner à des « jeux sexuels ». L’acteur aurait « proposé de jouer à l’orchestre avec ses organes sexuels et ceux de sa partenaire (pénis, seins), les deux adultes étant nus » et sa fille aurait été « contrainte d’apposer sa bouche sur le sexe de M. Berry, le tout en présence de l’autre enfant, et de manière répétée ». Des accusations « immondes » selon Richard Berry, qui a nié en bloc. Dans un message publié sur les réseaux sociaux, l’acteur de 70 ans a également affirmé que le récit de sa fille a « évolué avec le temps. Il a été démenti, renouvelé et enrichi par elle au gré des interlocuteurs, ou de l’actualité », avait-il écrit. Au Monde, il a indiqué avoir demandé que Coline Berry se soumette à une expertise psychiatrique. Sur Europe 1, la plaignante qualifie cela de nouvelle « agression » à son encontre. « C’est une manière de me dénigrer, de me faire taire. Je n’ai pas du tout la sensation d’être instable », a-t-elle ajouté.

Avant de porter plainte contre son père, Coline Berry, qui a depuis été auditionnée pendant six heures par la Brigade des mineurs à Paris, explique qu’elle lui a tendu la main « des dizaines et des dizaines de fois » pour qu’il reconnaisse les faits. Mais n’y parvenant pas, elle a décidé de passer par la justice pour « arriver à un moment donné à une paix ». « Si j’en suis là c’est que je n’attendais plus rien de lui, j’ai compris qu’il n’était pas capable de répondre à ma demande de reconnaissance des faits, de qualification des faits, que c’est toujours dans un paradoxe d’amour et de souffrance, c’est toujours mon père et je l’aime mais que c’est pas parce qu’on fait des choses monstrueuses à un moment qu’on est un monstre. »

Elle a poursuivi : « J’ai toujours dit que j’étais prête à lui pardonner. D’ailleurs il m’a demandé pardon, là il nie les faits en bloc mais ce n’est pas la réalité. Ce qu’il a du mal à assumer c’est sa responsabilité en se défaussant soit sur Jeane Manson soit sur d’autres personnes et surtout, en refusant cette association de l’inceste comme s’il mettait ça sur le compte d’un crime et de la pédophilie. C’est surtout ça qu’il a refusé d’accepter et donc forcément la souffrance que ça a pu générer chez moi ». Selon Franceinfo, la plainte déposée par Coline Berry en janvier vise également son ancienne belle-mère, qui elle aussi, dément les accusations. Elle « n’a, bien sûr, jamais vu ni même soupçonné quoi que ce soit de quelque nature que ce soit, sinon elle aurait été la première à dénoncer l’horreur de ce qui semble allégué », avait fait savoir l’avocat de Jeane Manson.

Inspirée par Camille Kouchner – qui accuse dans un livre son ancien beau-père, Olivier Duhamel, d’avoir agressé sexuellement son frère jumeau lorsqu’il était adolescent dans les années 80 – Coline Berry souhaite « profiter de cette exposition » médiatique dont elle bénéficie « pour ajouter au débat » de société sur l’inceste.

CIM Internet