Paris Match Belgique

Vulgaire et incohérente : La première pièce écrite par un robot fait un four

robot pièce de théâtre

Extrait de la pièce en question. | © Theaitre.

Société

La première pièce écrite par une intelligence artificielle, IA  Un robot peut-il écrire une pièce de théâtre ? a été jouée le 26 février à Prague en hommage à la création du mot « robot » par le dramaturge tchèque Karel Čapek. Le résultat est, selon plusieurs critiques, catastrophique.

D’après un article Paris Match France de D.R.

En 2016, des webbots imitant la conversation, lancés sur les réseaux sociaux, avaient rapidement sombré dans la xénophobie et le sexisme les plus crus sous l’influence de leurs interlocuteurs humains. Même cause et résultats similaires avec la première pièce de théâtre écrite par une intelligence artificielle. Produite par le centre culturel tchèque de Londres en partenariat avec le théâtre Švanda à Prague, la première a été diffusée en direct sur Internet le 26 février en langue tchèque sous-titrée en anglais. Le journal britannique The Guardian en a fait un compte-rendu affligé.

Lire aussi > Aux États-Unis, près de la moitié des tweets demandant la fin du confinement étaient publiés par des robots

Mis en scène avec talent par Daniel Hrbek, le drame suit les tribulations existentielles d’un robot, livré à lui-même après la mort de son créateur, nommé Viktor, clin d’oeil appuyé à Viktor Frankenstein. Dans son errance, il croise plusieurs femmes « éperdues de désir » qui s’effondrent à ses pieds sous l’effet de la passion. A moins qu’elles ne soient tout simplement atterrées par les répliques : « Je voudrais que mon moi binaire ait un corps comme le tien » dit la créature à l’une avant de louer ses lèvres « chaudes comme le miel » et de lui annoncer: « Je ferai l’amour à tout ton corps ».

Ce robot est un tombeur mais ses répliques tombent à plat...
Ce robot est un tombeur mais ses répliques tombent à plat… © Alena Hrbková / https://theaitre.com/

Quand il croise un homme, les choses ne se passent guère mieux : « Tu m’a mis un doigt dans le cul » lance un protagoniste au robot en baissant son pantalon. S’ensuit un duel de regards et de phrases absconses où les deux personnages s’affrontent, pantalon sur les chevilles, dans un décor minimaliste.

L’oeuvre a été créée pour les 100 ans de l’invention du mot « robot » par le dramaturge tchèque Karel Čapek dans sa pièce R. U. R..  Son écriture a été réalisée par le logiciel d’intelligence artificielle produit par la société d’Elon Musk, OpenAI, qui génère des textes à partir de la somme gigantesque d’informations disponible sur Internet. Il suffit d’introduire dans le logiciel une phrase passepartout pour mettre en branle l’algorithme qui produit sa propre littérature dans laquelle, à l’image du web où il puise sa matière, la sexualité et la vulgarité occupent une place importante. À ces obsessions, s’ajoutent quelques étourderies de la machine qui « oublie » en cours de route si son personnage principal est un humain ou un robot.

À son titre en forme de question, IA : Un robot peut-il écrire une pièce de théâtre ?, l’oeuvre fournit donc une réponse sans ambiguïté : oui, mais très mauvaise.

CIM Internet