Paris Match Belgique

La flamme olympique sera interdite sur la voie publique dans toute la préfecture d’Osaka

La flamme olympique sera interdite sur la voie publique dans toute la préfecture d'Osaka

La flamme olympique a démarré le 25 mars à Fukushima. | © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Société

Le gouverneur local veut éviter les rassemblements et relancer l’épidémie de Covid-19.

 

Le relais de la flamme olympique des JO de Tokyo ne sera pas autorisé sur la voie publique dans l’ensemble de la préfecture d’Osaka (ouest du Japon) en raison de l’aggravation de la situation sanitaire liée au Covid-19, a déclaré mercredi le gouverneur local. « Aujourd’hui, nous demandons aux habitants de l’ensemble du département d’Osaka de s’abstenir de toute sortie non indispensable et urgente, et nous allons donc annuler le relais de la flamme sur la voie publique » a déclaré Hirofumi Yoshimura.

Le gouverneur a déclaré qu’il souhaitait que les porteurs du flambeau courent dans le parc commémoratif de l’Expo universelle de 1970 qui serait fermé au public, dans la ville de Suita, plutôt que sur les routes publiques où de grandes foules pourraient se rassembler.

Lire aussi > Les JO de Tokyo se tiendront l’an prochain, « avec ou sans » Covid-19

Le relais de la flamme olympique a démarré le 25 mars à Fukushima (nord-est du Japon). Il devait traverser la préfecture d’Osaka les 13 et 14 avril.
Observant que le relais avait déjà provoqué des attroupements dans les autres départements où il est passé, M. Yoshimura a jugé qu’il serait « inapproprié » de le laisser traverser celui d’Osaka.

Nouvelles infections en hausse

Un record quotidien de nouvelles infections (878 cas) a été enregistré mercredi pour le département d’Osaka, effaçant un précédent record local atteint la veille et dépassant nettement le niveau des nouvelles infections à Tokyo (555 cas mercredi), lui aussi en pleine remontée. Les autorités locales d’Osaka ont déclaré l’urgence médicale mercredi, et des contre-mesures étaient envisagées à Tokyo également.

Lire aussi > Tokyo demande au gouvernement de déclarer l’état d’urgence

À un peu plus de cent jours des Jeux olympiques, qui doivent se tenir du 23 juillet au 8 août à Tokyo après avoir été reportés d’un an en raison de la pandémie, les organisateurs font face à un nombre croissant de difficultés. Mardi, une épreuve test de water-polo prévue cette semaine a été reportée en raison des restrictions d’accès au Japon pour les visiteurs étrangers. Des doutes subsistent quant à la possibilité d’organiser les 17 épreuves tests restantes en vue des JO. La semaine dernière, la Fédération internationale de natation (FINA) a ainsi déclaré qu’elle envisageait de déplacer ses trois épreuves de qualification olympique, censées se tenir au Japon dans la seconde quinzaine d’avril.

Avec Belga

CIM Internet