Paris Match Belgique

Incident terroriste à Melbourne : L’EI revendique la prise d’otage

Les policiers recouvrent le corps de l'assaillant, mort dans des échanges de tirs avec la police. | © AFP PHOTO / Mal Fairclough

Société

À chaque jour son « évènement terroriste », désormais. À Melbourne, un homme connu des services de police a fait un mort et trois blessés dans une prise d’otage. Un « incident » que s’est empressé de revendiquer l’État islamique.

« Au mauvais endroit au mauvais moment » : voilà comment a été qualifiée la mort d’un Australien d’origine chinoise, dont le corps a été découvert sans vie dans l’entrée d’un immeuble de Melbourne, dans un monde où les « incidents terroristes » se multiplient comme un cancer incontrôlable.

Lundi, dans la banlieue de Brighton en Australie, Yacqub Khayre, 29 ans et d’origine somalienne, fait appel à une escort, dans l’appartement qu’il loue. Une fois celle-ci dans l’antre du loup, il la prend en otage. La police est rapidement prévenue et après un échange de tirs, l’auteur des faits est abattu. La femme est libérée, trois officiers sont blessés, mais pour l’homme dans l’entrée de l’immeuble, un résident ou un visiteur, il est trop tard. « Au mauvais endroit au mauvais moment ».

EPA/JULIAN SMITH AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT – Yacqub Khayre quittant le tribunal, en 2010.

Pour Yacqub Khayre, rien de ce qui s’est déroulé ce lundi ne semble avoir été le fruit du hasard – ou presque. Le jeune homme avait été acquitté dans l’affaire d’une attaque terroriste déjouée en 2009 visant la base militaire d’Holsworthy à l’ouest de Sydney. Condamné pour d’autres faits de délinquance, il était toutefois considéré comme à faible risque.

Pourtant, le groupe terroriste Etat islamique (EI) s’est empressé de revendiquer la prise d’otage, rapporte mardi l’agence de presse australienne AAP citant l’organe de propagande de l’EI, Amaq. Khayre avait préalablement annoncé son affiliation au cours d’un appel passé à la chaine Seven News durant le siège.

La coalition visée

« L’attaque à Melbourne, Australie, a été menée par un soldat de l’Etat islamique en réponse à l’appel à viser les sujets des États de la coalition », a communiqué l’agence Amaq. L’Australie fait partie de la coalition de pays emmenés par les États-Unis, et dont la Belgique fait partie, pour lutter contre le groupe terroriste au Moyen-Orient. « Nous traitons cela comme un événement terroriste », a déclaré le chef de la police de l’Etat de Victoria , Graham Ashton lors d’une conférence de presse mardi matin. Toutefois les autorités considèrent qu’il s’agit d’un évènement terroriste isolé, mené sans complice, qui ne fait pas partie d’un plus large complot.

Commentant la revendication de l’EI, M. Ashton a précisé que la police était au courant de leur communication en ligne et souligné la « tendance à sauter sur l’occasion et revendiquer la responsabilité chaque fois que quelque chose arrive ».

©AFP PHOTO / Mal Fairclough – Les démineurs sont également intervenus sur les lieux de la prise d’otage.

Le Premier ministre Malcolm Turnbull a jugé les faits « choquants et lâches ». « C’est une attaque terroriste et cela souligne la nécessité d’être constamment vigilant, toujours méfiants, face à l’État islamique », a-t-il réagi mardi.

Une menace internationale

L’Australie n’échappe pas à la menace terroriste, après une vague d’attentats perpétrés en Europe. Plusieurs combattants australiens ont rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie et en Irak, et Canberra craint le retour de ces « foreign fighters ». C’est que quatre attaques à caractère terroriste ont été perpétrées sur le sol australien, dont celui du Lindt Café à Sydney en 2014. Les autorités estiment avoir déjoué 12 autres attaques, et 61 personnes sont inculpées depuis que le niveau d’alerte a été relevé en septembre 2014.

Avec Belga

CIM Internet