Paris Match Belgique

Aux Etats-Unis, la popularité du prénom Donald dégringole

Donald Trump prénom

Il est évident que la popularité en chute libre de Donald Trump doit y être pour beaucoup | © Belga Image

Société

La popularité en chute libre de l’ancien président des Etats-Unis a bien des conséquences.

 

S’appeler Donald de nos jours sur le nouveau continent n’est plus aussi bien vu. C’est en tout cas ce que l’on pourrait croire en observant les données récoltées par l’Administration de la sécurité sociale américaine. De fait, le prénom Donald est de moins en moins attribué aux Etats-Unis, comme le rapporte le Huffington Post. Sans surprise, Donald Trump et son influence se cache derrière ce phénomène.

Lire aussi > C’est officiel, Donald Trump reste banni de Facebook et Instagram

Pourtant, lors de son élection comme président des Etats-Unis, le milliardaire avait réussi à remettre au goût du jour son prénom. En effet, en 2017 le prénom Donald avait même grimpé de quatre rangs dans le classement général aux Etats-Unis. L’image du célèbre Donald Duck, personnage de Disney, semblait ne plus refréner les parents à appeler leur enfant de la même manière, soucieux de s’inspirer du nouveau président élu.

Un phénomène récurent

Mais cette ascension a été de courte durée. S’il était le 485e prénom le plus donné aux Etats-Unis en 2017, il a ensuite chuté l’année suivante à la 524e place, puis à la 555e. En 2020, 444 nouveaux-nés américains seulement portaient le prénom de Donald, le plaçant ainsi à la 610e position. Un record, depuis le début du classement lancé dans les années 1880. Il ne fait plus du tout bon de s’appeler Donald de nos jours, difficile à croire lorsque l’on sait qu’en 1934 il était le sixième prénom le plus attribué. En 1946, année de naissance de l’ancien président, il occupait encore la treizième position.

Lire aussi > Pour Donald Trump, un des vaccins contre le Covid-19 devrait porter son nom

Il est évident que la popularité en chute libre de Donald Trump doit y être pour beaucoup, néanmoins bon nombre de présidents ont subi le même phénomène. Ce fut notamment le cas pour Ronald Reagan, Richard Nixon, Gerald Ford ou encore George Bush. Notons également, que le prénom Melania, qui a connu un rebond en 2017, semble lui aussi de plus en plus délaissé par les Américains.

CIM Internet