Paris Match Belgique

Incident à Amsterdam : ce qu’il s’est passé

Le conducteur a été interpellé. | © AFP PHOTO / Aurore Belot

Société

Une voiture a percuté plusieurs piétons sur la place de la gare à Amsterdam, faisant au moins huit blessés, dont deux graves.

Ce samedi, en début de soirée, un automobiliste a percuté plusieurs personnes à proximité de la gare à Amsterdam. Au moins huit blessés sont à déplorer, dont deux dans un état grave. Ces deux victimes ont dû être transportées à l’hôpital, tandis que les autres, souffrant de blessures plus légères, ont été soignés sur place.

D’après la police, l’automobiliste était garé à un endroit interdit lorsqu’il a été repéré par les forces de l’ordre. Il a alors démarré et a foncé contre un mur en heurtant plusieurs personnes. Le conducteur a été intercepté et interrogé.

Un porte-parole des forces de l’ordre a indiqué environ une heure après l’incident que les premiers éléments de l’enquête ne laissaient pas penser à « un acte délibéré ». La police va tout de même continuer l’enquête.

Ce n’est pas un attentat à la voiture-bélier

Depuis les attentats à la voiture-bélier de Nice, Londres, Berlin ou encore New-York, les forces de l’ordre sont extrêmement vigilantes. Si cet incident à Amsterdam ne s’ajoute pas à la liste, il rappelle tout de même que ce type d’attaques semble se multiplier avec toujours le même procédé : une voiture ou un camion fonce dans la foule et sème terreur et mort.

Lire aussi : Attaques de Londres : « Trop, c’est trop » pour Theresa May

En utilisant des moyens sommaires comme la voiture ou le camion, ce nouveau type de menace, ni planifié ni entraîné, est plus compliqué à prévenir. Certaines villes ont déjà repensé leur aménagement urbain pour stopper ou ralentir la circulation, pour faire barrière à ces attaques caractéristiques du terrorisme « low cost ». Sacs de sable, barrières escamotables, voire infranchissables, tous les moyens sont bons mais pour certains architectes et hommes politiques, la dérive « serait de créer des villes fermées sur elles-mêmes », comme le rapporte Le Parisien.

(Avec Belga)

CIM Internet