Paris Match Belgique

Blancs de peur : albinos en Afrique, la malédiction dans la peau

C'est en Tanzanie que le plus d'attaques se produisent | © Belga / AFP - Stefan Heunis

Société

Ce 13 juin, c’est la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme. Et du chemin reste à faire en la matière : en Afrique subsaharienne, les albinos sont encore tués et démembrés pour cause de « pouvoirs surnaturels ». 

Ainsi, au moins deux personnes albinos ont été tuées depuis le début de l’année au Malawi, où des parties de leur corps sont utilisées dans des rituels censés apporter chance et prospérité, s’est inquiétée l’organisation Amnesty International ce mardi. Par ailleurs, sept faits de tentatives de meurtre ou d’enlèvement les concernant ont également été rapportés, ce qui peut être interprété comme une recrudescence des violences à l’encontre de ces personnes.

Lire aussi > Cameroon Top Model : quand la télé-réalité gagne l’Afrique francophone

Pouvoirs surnaturels

Dans la deuxième moitié de 2016, aucun incident de ce type n’était en effet apparu. Cette année, à Lilongwe, une femme de 31 ans a été tuée. Sa main, un sein et des cheveux ont été retirés du cadavre. Un jeune de 19 ans a lui aussi été assassiné. En mai, lors des faits les plus récents, un garçon de neuf ans a été enlevé alors qu’il était en visite au Mozambique voisin. Au Malawi et au Mozambique, des membres et différents éléments provenant de personnes albinos, auxquelles les croyances populaires attribuent des pouvoirs surnaturels, sont vendus.

Belga / Eric Lalmand

Crimes impunis

Les réformes législatives menées au Malawi pour endiguer le phénomène s’accompagnent d’un échec systématique au niveau de la poursuite des criminels, juge Amnesty International. « La grande majorité des cas impliquant des crimes visant des personnes souffrant d’albinisme (…) n’arrivent pas devant un tribunal », déplore l’organisation. Depuis novembre 2014, au moins 20 personnes atteintes d’albinisme ont été tuées au Malawi, selon elle. Et le pays n’est pas le seul à cibler les albinos.

520 attaques en 10 ans

Au Canada, l’ONG Under The Same Sun répertorie les attaques : depuis 2006, plus de 520 attaques ont été répertories dans 26 pays africains, dont plus de 180 meurtres. Et c’est en Tanzanie que la problématique est la plus présente, avec 170 attaques recensées dans le pays ces dix dernières années. Un chiffre qui pourrait en réalité être bien plus conséquent, les attaques d’albinos étant souvent passées sous silence. En janvier 2015, la Tanzanie a interdit la sorcellerie pour tenter d’endiguer le phénomène, arrêtant plus de 200 sorciers dans la foulée. La même année, l’ONU a reconnu les souffrances des albinos en instaurant la Journée internationale de l’albinisme.

Lire également > Ces Africains qui votent Marine Le Pen

Démystification nécessaire

Ainsi que le souligne Ikponwosa Ero, experte indépendante de l’ONU sur l’albinisme, « on ignore encore très largement ce qu’est l’albinisme – de sorte qu’on est toujours exposé à des questions et à des réactions d’ignorants. C’est essentiel d’éduquer la population partout où la mystification de l’albinisme a donné lieu à des violences physiques. Aborder la question sous l’angle des droits de l’homme est utile, car cette problématique englobe quantité de domaines touchant les personnes atteintes d’albinisme, notamment les droits fondamentaux que sont le droit à la vie et à la sécurité de la personne, à la non-discrimination et à l’égalité ».

CIM Internet