Malgré l’indignation générale, le Japon relance sa chasse à la baleine

Malgré l’indignation générale, le Japon relance sa chasse à la baleine

L'archipel nippon a signé le moratoire de la Commission baleinière internationale mais affirme chasser à des fins scientifiques. | © EPA/JEREMY SUTTON-HIBBERT / GREENPEACE HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

Société

La consommation de baleine a une longue histoire au Japon, pays de pêcheurs où le cétacé a été chassé pendant des siècles.

Le Japon a lancé ce mercredi 14 juin une nouvelle campagne de chasse à la baleine dans le nord-ouest du Pacifique, malgré les critiques internationales et l’opposition d’organisations de défense des animaux.

Trois navires auront quitté leur port d’ici ce jeudi pour une mission prévue jusque fin septembre avec pour objectif de tuer 43 baleines de Minke et 134 rorquals boréals, ont précisé l’Agence de la Pêche et le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué commun.

Lire aussi : 333 baleines tuées par les chasseurs japonais en Antarctique

Une chasse à « visée scientifique »

Dimanche dernier, le Japon avait déjà lancé la chasse le long de ses côtes du Pacifique nord, pour la prise de 47 baleines de Minke d’ici mi-juillet. Le Japon invoque des visées scientifiques mais n’a jamais fait un secret du fait que la viande de l’animal marin finissait souvent dans les assiettes.

Manifestation contre la chasse aux baleines, devant l’Ambassade du Japon, à Melbourne (Australie). © EPA/SHANNON MORRIS

Baleiniers japonais VS défenseurs de animaux

L’archipel nippon a signé le moratoire de la Commission baleinière internationale mais affirme chasser à des fins scientifiques. Cette posture est dénoncée par les organisations de défense des cétacés ainsi que plusieurs pays qui estiment que Tokyo utilise de façon malhonnête une exception dans le moratoire datant de 1986.

Lire aussi : Le génocide silencieux des requins

En 2014, la Cour internationale de Justice avait ordonné à Tokyo de mettre fin à cette chasse dans les eaux de l’Antarctique, estimant qu’elle ne remplissait pas les critères scientifiques exigés. Le Japon avait annulé sa campagne de 2014-2015, pour reprendre la pêche à la baleine l’année suivante dans le cadre d’un programme modifié. L’Antarctique a été le théâtre de heurts entre baleiniers japonais et défenseurs des animaux.

De la mer à l’assiette

La consommation de baleine a une longue histoire au Japon, pays de pêcheurs où le cétacé a été chassé pendant des siècles. L’industrie baleinière a connu son essor après la Seconde guerre mondiale, pour nourrir un pays affamé. Cependant, la dégustation de cette chair blanche ou rouge aux allures de filet de bœuf a fortement diminué au fur et à mesure que l’archipel devenait une des économies les plus riches du monde.

© EPA PHOTO FILES AFPI-TOSHIFUMI KITAMURA.

(Avec Belga)

CIM Internet