Paris Match Belgique

La Chine bannit les « hommes efféminés » à la télévision

Xi Jinping

Le président chinois Xi Jinping en 2019. | © Wolfgang Kumm / dpa.

Société

Dans le but de recentrer sa jeunesse sur la vision du Parti communiste, la Chine a décidé de bannir de la télévision les hommes jugés efféminés. D’autres mesures ont également été prises afin de limiter l’industrie du divertissement.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Le président chinois lance une grande campagne afin de promouvoir la puissance de la Chine auprès des jeunes citoyens. Le but est de recentrer la population sur la vision du Parti communiste, éloignant le public de tout ce qui pourrait les en distraire. Mercredi, le pays a annoncé qu’il allait bannir de la télévision les hommes jugés trop efféminés. Les chaînes vont à présent devoir « cesser de montrer des hommes efféminés ou d’autres esthétiques anormales » à l’antenne, a-t-il été expliqué. Le journal américain Deadline rapporte que le terme « niang pao » a été utilisé pour décrire ces hommes. Une expression insultante et péjorative que l’on pourrait traduire par l’équivalant de « tapette » ou de « femmelette » en français. Les autorités s’inquiètent du look des idoles chinoises, inspirés par le style parfois androgyne de leurs homologues japonais ou sud-coréens. D’après la Chine, ces célébrités donnent un mauvais exemple aux jeunes hommes chinois et ne les encouragent pas à devenir plus masculins, ce qui expliquerait en partie la baisse du taux de natalité.

Lire aussi > En Chine, les jeunes ne peuvent plus jouer en ligne que 3 heures par semaine

Dans son communiqué, l’Administration nationale de la télévision et de la radio ajoute que les chaînes et les plateformes en ligne ne doivent plus non plus diffuser de programmes « qui développent l’idolâtrie ou des émissions de variété et de télé-réalité ». Il faut renforcer et « promouvoir vigoureusement l’excellence de la culture traditionnelle chinoise […] et la culture socialiste avancée », est-il indiqué. Le régulateur d’internet (CAC) a par ailleurs publié vendredi de nouvelles règles imposant un meilleur contrôle des agents de stars et des fans-clubs afin d’empêcher les pratiques « chaotiques » du milieu, notamment certaines opérations marketing ou le consumérisme exacerbé. Certains programmes de télé-crochet incitent les téléspectateurs à acheter des produits partenaires de l’émission avant de pouvoir voter pour leur candidat préféré. Un précédent appel avait également été lancé afin de bannir les groupes de musique sud-coréens de Chine. Samedi dernier, Weibo Corp. – dont Weibo est un réseau social similaire à Twitter – a suspendu des milliers de comptes de fans clubs et d’informations sur le divertissement.

Les jeux vidéo très limités

Ces annonces interviennent après plus scandales survenus en Chine. D’abord, c’est la superstar Kris Wu, ancien membre du groupe de Kpop EXO, qu’il avait quitté en 2014 pour se lancer en solo avant de devenir égérie pour Vuitton ou encore L’Oréal, qui a été arrêté. Il est soupçonné de viol. Puis, une autre actrice populaire, notamment auprès des jeunes, Zheng Shuang a écopé la semaine dernière d’une amende de 39 millions d’euros pour évasion fiscale.

Lire aussi > « Friends : The Reunion » : Lady Gaga, Justin Bieber et BTS supprimés au montage en Chine

Par ailleurs, la Chine a également lancé de nouvelles règles face à l’utilisation des jeux vidéo. Les jeunes de moins de 18 ans n’ont ainsi plus le droit de jouer que trois heures par semaine en ligne. L’AFP rapportait également mercredi que de nouveaux manuels scolaires mettant en avant la pensée du président chinois avaient été publiés pour les élèves. « La pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère », de son nom complet, consiste en plusieurs principes appelant à la solidarité nationale, au développement et au maintien au pouvoir du Parti. Elle exhorte notamment les Chinois à avoir « confiance en leur culture », à réaliser la « prospérité commune » en « mettant le peuple au coeur du développement », à faire « progresser l’Etat de droit » ou encore à constituer « une armée de classe mondiale ».

Mots-clés:
société médias Chine
CIM Internet