Otto Warmbier, l’étudiant américain tout juste libéré par la Corée du Nord, est décédé

Otto Warmbier, l’étudiant américain tout juste libéré par la Corée du Nord, est décédé

Otto Frederick Warmbier le 29 février 2016, lors de son procès en Corée du Nord. | © BELGA/AFP PHOTO/KCNA/Handout

Société

Plongé dans le coma avec de graves lésions cérébrales, l’étudiant de 22 ans avait été libéré en urgence après un an et demi de détention en Corée du Nord. Mais une semaine après son rapatriement aux États-Unis, les parents d’Otto Warmbier ont annoncé le décès de leur fils ce lundi 19 juin.

 

L’étudiant de l’Université de Virginie avait été arrêté le 2 janvier 2016 pour avoir tenté de voler une affiche de propagande, alors que le groupe avec lequel il voyageait devait rentrer à Pékin, dans le cadre d’un voyage organisé pour le Nouvel An. Il avait été jugé par la justice nord-coréenne en moins d’une heure et condamné à 15 ans de travaux forcés en mars 2016. Peu après son procès, l’étudiant avait plongé dans un coma dont les causes restent inconnues, selon ses médecins. Il avait finalement été rapatrié le 13 juin sur un vol médicalisé en urgence chez lui, à Cincinnati, dans un état comateux, souffrant de graves lésions cérébrales. Les autorités nord-coréennes affirment qu’il était dans cet état depuis environ un an, ne s’étant pas réveillé après l’administration d’un somnifère. Elles prétendent qu’il souffrait de botulisme, mais les médecins américains n’en ont pas trouvé trace dans son organisme. Le type de lésions neurologiques dont il souffrait résulte d’ordinaire d’un arrêt cardio-respiratoire. Et comme le rapporte Libération, sur la base de rapports de service de renseignement, un haut fonctionnaire américain a déclaré au New York Times qu’Otto Warmbier avait été battu à plusieurs reprises lors de son emprisonnement.

Présenté à la presse étrangère quelques semaines après son arrestation, Otto Warmbier avait déclaré, en pleurs, avoir fait « la pire erreur de [sa] vie ». – © AFP

Depuis son retour dans l’Ohio, Otto Warmbier avait alors été immédiatement pris en charge dans un hôpital de Cincinnati, le « University of Cincinnati Medical Center ». Il était resté incapable de parler, de voir ou de réagir aux commandes verbales, ont précisé ses parents. L’étudiant américain était resté dans « un état éveillé mais non-répondant ». Mais s’il apparaissait « mal à l’aise, presque angoissé » au moment de son retour, le jeune homme dans un état comateux a ensuite changé, affirment-ils.

Otto Warmbier était « en paix » après avoir retrouvé son pays

« Même si nous n’allions plus jamais entendre sa voix, en l’espace d’un jour l’expression de son visage a changé – il était en paix. Il était chez lui, et nous pensons qu’il pouvait le sentir », ont communiqué Fred et Cindy Warmbier. « Malheureusement, les horribles maltraitances, de torture, que notre fils a subi de la part des Nord-Coréens n’avaient pas laissé d’autre issue possible que celle, triste, que nous vivons aujourd’hui. (…) C’est notre triste devoir de vous annoncer que notre fils, Otto Warmbier, a terminé son voyage sur Terre. Entouré par sa famille qui l’aime, Otto est décédé aujourd’hui. (…) Nous voulons faire savoir au monde comment nous et notre fils avons été maltraités et terrorisés par le régime paria de Corée du Nord », ont ajouté les parents de l’étudiant de 22 ans. Ils ont remercié ce lundi 19 juin le personnel de l’hôpital, qui a, selon eux, fait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver leur fils.

Lire aussi > Je t’aime moi non plus : Donald Trump, la schizophrénie et la Corée du Nord

Pyongyang, un régime « brutal », « hors-la-loi », « barbare » et « inhumain »

Donald Trump a réagi à l’annonce du décès d’Otto Warmbier, en comparant Pyongyang à un régime « qui ne respecte pas l’autorité de la loi ou la décence humaine la plus basique ». Dans une déclaration transmise par la Maison Blanche, il a indiqué présenter, avec son épouse Melania, ses « plus profondes condoléances » à la famille du jeune homme.

« Il n’y a rien de plus tragique, pour un parent, que de perdre un enfant dans la fleur de l’âge. Nos pensées et prières vont à la famille et aux amis d’Otto, ainsi qu’à tous ceux qui l’aimaient », a ajouté le président américain. « Le sort d’Otto renforce la détermination de mon administration à éviter que de telles tragédies affectent des personnes innocentes, aux mains de régimes qui ne respectent pas l’autorité de la loi ou la décence humaine la plus basique. Les États-Unis, une nouvelle fois, condamnent la brutalité du régime nord-coréen, dont nous pleurons la dernière victime ».

L’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Nikki Haley, a également rapidement réagi. Dans des mots durs, la diplomate évoque « l’inhumanité du régime » placé sous l’autorité de Kim Jong-un, une inhumanité « connue du monde depuis des décennies ». Ce « gouvernement hors-la-loi » a « torturé et assassiné des générations de ses propres citoyens », rappelle-t-elle. « D’innombrables hommes et femmes innocents sont morts aux mains des criminels nord-coréens, mais le cas singulier d’Otto Warmbier touche le cœur des États-Unis comme aucun autre », estime Nikki Haley. Le décès du jeune homme « servira de rappel indélébile de la nature barbare de la dictature nord-coréenne ».

Lire auss > Les Malaisiens otages de la Corée du Nord suite à l’assassinat de Kim Jong-nam

L’agence de voyage n’emmènera plus d’Américains en Corée du Nord

De son côté l’agence de voyage Young Pioneer Tours a annoncé ce mardi qu’elle cesserait d’emmener des Américains en Corée du Nord, après le décès de son ancien client Otto Warmbier qui aura passé 18 mois dans les prisons nord-coréennes. « Jamais des détentions en Corée du Nord n’avaient connu une issue aussi tragique », a déclaré dans un communiqué sur Facebook Young Pioneer Tours, ajoutant que le décès de l’étudiant l’amenait à « reconsidérer » sa position sur les touristes américains. « Le risque pour les Américains visitant la Corée du Nord est trop élevé », poursuit l’agence. « Nous n’organiserons plus de voyages en Corée du Nord pour les citoyens américains ».

« Là où votre mère ne veut pas que vous alliez »

Basée dans la ville chinoise de Xian, Young Pioneer Tours a été fondée en 2008 par un Britannique. Sa devise est d’emmener les voyageurs « là où votre mère ne veut pas que vous alliez ». L’agence est une des rares à organiser des voyages en Corée du Nord, où elle propose notamment des randonnées cyclistes, ou encore des plongées. Elle présentait la Corée du Nord comme étant « probablement l’endroit le plus sûr au monde » et a été fortement critiquée après l’évacuation médicale d’Otto Warmbier, dans le coma, après d’intenses tractations diplomatiques en coulisses.

Lire aussi > Tir de missile balistique : lourd de conséquences pour la Corée du Nord

La mort d’Otto Warmbier survient dans un contexte de tensions exacerbées entre les États-Unis et la Corée du Nord sur le programme d’armement nucléaire que Pyongyang continue de développer. Trois Américains sont toujours détenus en Corée du Nord : Kim Sang-duk et Kim Hak-yang, deux hommes qui enseignaient dans une université de Pyongyang financée par des groupes chrétiens étrangers, et Kim Dong-chul, un pasteur Américano-Coréen accusé d’espionnage au profit de Séoul. Le département d’État américain a d’ailleurs réitéré lundi, dans une déclaration du secrétaire d’État Rex Tillerson, une demande de libération de ces « trois autre Américains, maintenus illégalement en détention ».

(Avec Belga)

CIM Internet