Paris Match Belgique

La Nouvelle-Zélande, Sydney et des îles du Pacifique célèbrent l’arrivée de 2022

La Nouvelle-Zélande, Sydney et des îles du Pacifique célèbrent l'arrivée de 2022

Le "feu d'artifice familial", trois heures avant minuit, remplit le ciel au-dessus de l'opéra de Sydney. | © DAVID GRAY / AFP

Société

Contrairement à l’année dernière, certaines villes ont maintenu leur feu d’artifice cette année.

 

Si en Belgique nous sommes encore en 2021, en tout début d’après-midi ; certains pays vivent déjà leurs premiers instants de la nouvelle année 2022. Les premières à avoir passé le cap de l’an neuf étaient les îles Samoa, Tonga et Kiribati alors qu’il était 11h00 à Bruxelles. Contrairement à l’an dernier, des feux d’artifice ont bien pu marquer le coup.

Sydney, la plus grande ville d’Australie, a également maintenu son feu d’artifice, qui a illuminé le port emblématique de la ville. Contrairement à l’événement sans spectateurs de l’année dernière, des dizaines de milliers de fêtards ont pu profiter du spectacle sur les quais même si, selon des journalistes de l’AFP, l’ambiance dans la ville était plus calme à la tombée du jour que normalement.

Les autorités australiennes affirment que leur brusque revirement – abandonner la stratégie « zéro Covid » pour celle consistant à « vivre avec le Covid » – est fondé sur les taux élevés de vaccination des adultes et sur la conviction croissante qu’Omicron est moins mortel.

Entre annulations et célébrations

Dans le reste du monde, de nombreuses célébrations du Nouvel An ont de nouveau été annulées ou réduites à cause de la pandémie. Celles de Rio de Janeiro, qui rassemblent habituellement trois millions de personnes sur la plage de Copacabana, sont cependant maintenues. « Les gens n’ont qu’une envie, sortir de chez eux, célébrer la vie après une pandémie qui a obligé tout le monde à s’enfermer », a déclaré Francisco Rodrigues, 45 ans, serveur à Copacabana.

Certains Brésiliens sont plus dubitatifs, dans un pays où la pandémie a tué près de 619 000 personnes, le pire bilan au monde après celui des États-Unis.

Avec l’AFP et Belga

CIM Internet