Paris Match Belgique

Le Maroc suit avec angoisse la mission pour sauver le petit Rayan, bloqué dans un puits

maroc rayan

Des passants regardent les autorités marocaines et les pompiers s'efforcer de sortir Rayan, un enfant de cinq ans, d'un puits dans lequel il est tombé 36 heures plus tôt, le 3 février 2022 dans la région de Chefchaouen, près de la ville de Bab Berred. | © AFP.

Société

Les secouristes continuaient à livrer dans la nuit de jeudi à vendredi un combat contre la montre pour tenter de sauver un garçonnet de cinq ans, bloqué dans un puits profond d’un village du nord du Maroc.

Les secouristes continuaient à livrer dans la nuit de jeudi à vendredi un combat contre la montre pour tenter de sauver un garçonnet de cinq ans, bloqué dans un puits profond d’un village du nord du Maroc depuis mardi après-midi, un drame qui tient le royaume en haleine. Les opérations de secours sur le terrain se sont intensifiées dans la soirée autour du puits, avec des bulldozers, et pourraient se poursuivre jusqu’au matin, a constaté l’AFP.

Les travaux de forage « ont atteint plus de 27 mètres, avec l’espoir d’arriver à 32 mètres durant les prochaines heures, avant de creuser une brèche horizontale de 3 mètres entre le trou et le puits pour récupérer l’enfant », a rapporté l’agence de presse MAP. Une équipe médicale a été dépêchée sur les lieux de l’accident afin de « réaliser les examens initiaux et les interventions de réanimation à l’enfant une fois secouru », a ajouté la MAP. Un hélicoptère de la gendarmerie est prêt à évacuer l’enfant vers un hôpital proche. Les secouristes sont épaulés par des topographes également mobilisés sur place.

Troisième nuit

Le petit garçon, Rayan, est tombé accidentellement mardi dans le puits asséché de 32 mètres de profondeur, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans un village non loin de la localité de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen (nord du Maroc). « Dans un moment d’inattention, le petit est tombé dans le puits que je réparais. Je n’ai pas pu fermer l’oeil de la nuit », a témoigné le père de Rayan auprès du site d’information Le360.

« Rayan est très aimé ici au village, pas uniquement chez moi, il me manque, ça fait trois nuits », a déclaré à l’AFP sa grand-mère septuagénaire Laaziza. Les secours ont pu acheminer « de l’eau et de l’oxygène par des tubes à Rayan », a précisé l’agence de presse marocaine. « Nos cœurs sont avec la famille et on prie Dieu pour qu’il retrouve ses proches au plus vite », a souhaité le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, à l’issue du conseil hebdomadaire du gouvernement. Mobilisées depuis plus de 48 heures, les équipes de secours, n’ont pas pu descendre directement dans le puits car « son diamètre ne dépasse pas 45 centimètres », a déclaré Abdelhabi Temrani, responsable de l’opération de sauvetage, à la télévision publique Al Oula.

Les secouristes ont également pensé « à élargir le diamètre du puits mais ce n’était pas possible à cause de la nature de la terre qui pouvait conduire à un éboulement », a détaillé de son côté le porte-parole de l’exécutif. Seule solution: creuser autour du puits pour sauver l’enfant dont la survie a suscité énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux, jusqu’en Algérie voisine et pourtant rivale.

Mobilisation sur les réseaux

Les directs de plusieurs médias marocains sont suivis minute par minute par des centaines de milliers d’internautes, suspendus au sort de l’enfant. Le hashtag #sauvezrayan (en arabe) figure d’ailleurs toujours parmi les principales tendances de Twitter au Maroc. L’international marocain et vedette du PSG Achraf Hakimi a repartagé sur Instagram une illustration, accompagnée de deux émojis: le coeur brisé et les mains jointes de la prière.

L’Algérien Riyad Mahrez, star de Manchester City, n’a pas été en reste, partageant sur Facebook une photo de Rayan doublée du hashtagh #Stay Strong (Reste Fort). L’émotion est telle que les habitants de la région ont afflué « en grand nombre » sur les lieux du drame — assis patiemment autour du puits — mais entravant parfois le labeur des équipes de secours. « Les secouristes travaillent dans des conditions très difficiles. On appelle les citoyens à les laisser travailler pour sauver cet enfant », a exhorté M. Baitas. Cet accident fait écho à un drame survenu début 2019 en Espagne: en Andalousie, un enfant de 2 ans était décédé après avoir chuté dans un puits abandonné de 25 centimètres de diamètre et plus de 100 mètres de profondeur creusé pour trouver de l’eau. Le corps du petit Julen avait été retrouvé au bout de treize jours de recherches d’une ampleur exceptionnelle.

Avec l’AFP

Mots-clés:
maroc sauvetage
CIM Internet