Paris Match Belgique

Cellule Art et Antiquités : Le gouvernement fait marche arrière

Cellule Art et Antiquités : Le gouvernement fait marche arrière

La ministre de l'intérieur Annelies Verlinden. | © BELGA PHOTO / ERIC LALMAND.

Société

« C’était une décision unilatérale inappropriée ». C’est en ces termes que la ministre fédérale de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), a qualifié jeudi dernier devant le Parlement, le démantèlement de la cellule « Art et Antiquités » de la police judiciaire fédérale (PJF).

Voici quinze jours, Paris Match avait révélé le fait que cette unité chargée de coordonner la lutte contre le trafic international de biens culturels dans lequel la Belgique joue un rôle actif, avait été supprimée en catimini au premier janvier. Dans une note interne adressée au cabinet de la ministre de tutelle que nous avions pu lire, la direction générale de la PJF invoquait un déficit de capacités et de moyens budgétaires pour justifier son choix de démanteler la cellule. À la Chambre, la ministre avait par la suite en partie escamoté cette réponse.

Lire aussi > Trafic d’art et d’antiquités : la police judiciaire fédérale dépose les armes

Notre article a dès lors provoqué de nombreuses réactions aux plans national et international et, notamment, des interpellations parlementaires mettant en cause cet abandon de poste de la Belgique, à l’heure où le trafic d’art et d’antiquités n’a jamais été aussi florissant. Interviewé dans Le Soir, le président du Collège des procureurs généraux, Ignacio de la Serna, qualifiait cette décision de suspendre la cellule Art de « folie ». Et il ajoutait : « La Belgique est depuis longtemps une plaque tournante du trafic d’art, parce qu’il n’existe pas de volonté politique de lutter contre (…) C’est un vrai scandale parce que tout est lié, le trafic, le blanchiment, la corruption, même le terrorisme ».

Jeudi dernier donc, sur base de nos révélations, les députés CDH Georges Dallemagne et PS Jean-Marc Delizée ont vertement fait savoir à la ministre tout le mal qu’ils pensaient de cette volonté de mettre hors service la seule unité de la police fédérale spécialisée dans la lutte contre le juteux business illicite de biens culturels. Répondant pour sa collègue de l’Intérieur en déplacement en France, le ministre des Finances CD&V, Vincent Van Peteghem, a indiqué en substance que cette décision était inappropriée et que le gouvernement ferait en sorte de l’annuler. Affaire à suivre…

CIM Internet