Paris Match Belgique

Soirées au 10 Downing Street : Une nouvelle photo embarrasse Boris Johnson

boris johnson

Boris Johnson en février 2022. | © Daniel LEAL / POOL / AFP.

Société

Alors que Boris Johnson tient toujours tête aux appels à la démission, une nouvelle photo le montrant durant une des soirées organisées pendant le confinement a été publiée.

D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

Il accroche un Pin’s au revers de sa veste, à côté d’un collaborateur portant une guirlande autour du cou, devant un paquet de chips éventré et une bouteille de champagne entamée. L’image publiée par le Daily Mirror prête à sourire mais elle n’a pas dû plaire à Boris Johnson : elle a été prise durant une des fameuses soirées organisées pendant le confinement, le «Partygate» qui est à l’origine des appels à la démission du Premier ministre britannique. Il s’agissait d’un des quiz organisés en visio pour les équipes du 10 Downing Street, mais dont la convivialité passe mal puisque le 15 décembre 2020, le Royaume-Uni avait été placé en confinement face à la progression du coronavirus, promettant un Noël en petit comité voire isolé.

Depuis la révélation de ces rassemblements festifs des équipes du Premier ministre, une enquête a été ouverte et 12 événements distincts sont dans le viseur de la police. Un rapport a été rendu la semaine dernière par la haute fonctionnaire Sue Gray, dans lequel elle a dénoncé «des erreurs de leadership et de jugement», estimant qu’«un certain nombre de ces rassemblements n’auraient pas dû être autorisés». La police métropolitaine de Londres a expliqué avoir reçu plus de 300 images et 500 pages d’informations sur ces événements, parmi lesquels un anniversaire surprise pour Boris Johnson et des pots de départ.

Un riche donateur conservateur « à un point de non retour »

Pour l’instant, Boris Johnson tient tête face aux appels de la démission, émanant des travaillistes mais aussi de certains conservateurs, dont l’important donateur John Armitage, cofondateur du fonds spéculatifs Egerton Capital, qui a fustigé à l’antenne de la BBC «le manque d’honneur inhérent aux politiciens modernes». L’homme à la tête d’une fortune estimée à plus de 2,6 milliards de dollars selon Forbes, et qui a donné au parti conservateur plus de 500 000 livres depuis l’arrivée de l’ancien maire de Londres à la tête du gouvernement, a menacé de couper ses dons en absence de conséquences, se disant «personnellement» à «un point de non retour». «Les politiciens devraient se lancer en politique pour le bien de leur pays. C’est la raison principale d’être en politique. Je ne pense pas que ce soit à propos de votre volonté personnelle d’être au sommet d’un jeu de l’oie», a-t-il fustigé.

Dans le même temps, le ministre de la Santé Ed Argar a confirmé que Boris Johnson ne présenterait pas ses excuses au dirigeant travailliste Keir Starmer pour lui avoir reproché à tort d’avoir permis à Jimmy Savile, ancien présentateur vedette dont on a appris après sa mort qu’il avait abusé de centaines de femmes et d’enfants durant sa carrière, de n’être pas inquiété par la justice lorsqu’il était procureur. Ces propos, et le refus de les retirer, ont choqué travaillistes comme conservateurs et entraîné la démission de Munira Mirza, conseillère politique de longue date de Boris Johnson, qui lui a reproché «une référence inappropriée et partisane à une affaire horrible d’abus sexuels sur des enfants».

CIM Internet