Paris Match Belgique

Les « convois de la liberté » font route depuis Paris vers Bruxelles

Les "convois de la liberté" font route depuis Paris vers Bruxelles

Ils sont attendus pour ce soir ou demain matin à Bruxelles. | © Alexis Coulon / ABACAPRESS

Société

Une manifestation interdite mais qui devrait bien perturber notre capitale ce lundi.

 

Une partie des autoproclamés « convois de la liberté », qui avaient fait halte samedi autour de Paris, sont repartis dimanche matin en direction de Bruxelles, où leur manifestation prévue lundi est interdite, mais les forces de l’ordre restaient mobilisées pour éviter qu’ils bloquent la capitale. Les autorités belge ont annoncé jeudi interdire l’accès à Bruxelles d’un convoi attendu lundi dans la capitale belge, selon un appel circulant sur les réseaux sociaux qui évoque une « convergence » depuis toute l’Europe.

Ceux qui se font appeler « convois de la liberté », sur le modèle de la mobilisation qui paralyse actuellement la capitale canadienne Ottawa, rassemblent des opposants au pass vaccinal et reprennent les revendications des « gilets jaunes » sur le coût de la vie.

Les "convois de la liberté" font route depuis Paris vers Bruxelles
Il est recommandé aux travailleurs de ne pas utiliser leur voiture ce lundi pour se rendre à Bruxelles. © BELGA PHOTO / NICOLAS MAETERLINCK

Tôt dimanche matin, il y avait une centaine de camping-cars dans le bois de Boulogne, 220 véhicules en Seine-et-Marne et 120 dans le Val-d’Oise, selon une source policière, qui a estimé que la situation était calme sur place et l’ambiance conviviale. Le mot d’ordre des organisateurs des convois anti-pass était de prendre la route vers 10h pour rallier Bruxelles, où un grand rassemblement est prévu lundi. La police belge surveille cependant attentivement la formation d’un tel « convoi de la liberté » contre les mesures sanitaires, alors que la manifestation a été interdite d’accès à la capitale.

Dans un tweet, la préfecture de police a ajouté « maintenir son dispositif ce dimanche » pour empêcher les manifestants des convois anti-pass de bloquer la capitale. Quelque 7 500 membres des forces de l’ordre sont mobilisés par la préfecture de police de Paris depuis vendredi jusqu’à lundi.

Lire aussi > Canada : Ottawa déclare l’état d’urgence face aux manifestations contre les restrictions sanitaires

Des débordements samedi à Paris

En début d’après-midi samedi, plus d’une centaine de véhicules étaient parvenus à rejoindre les Champs-Élysées, qui ont été évacuées progressivement par les forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogènes. Une poignée d’irréductibles est cependant restée jusque tard dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier des Champs-Élysées et dans le bois de Boulogne, obligeant les forces de l’ordre à intervenir pour « verbaliser et disperser » les derniers participants à cette manifestation interdite. Les forces de l’ordre ont procédé samedi à Paris à 97 interpellations et 513 verbalisations d’opposants aux mesures sanitaires participant aux convois anti-pass.

Selon le parquet, à 6h du matin, 81 personnes étaient en garde à vue, dont Jérôme Rodrigues, un des visages du mouvement des « gilets jaunes », et soutien actif des convois anti-pass.

Avec Belga

CIM Internet