Paris Match Belgique

Décès de Simone Veil : hommage à une femme exceptionnelle

Simone Veil, Immortelle. | © Belga / AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

Société

Simone Veil est décédée ce vendredi matin. Elle avait 89 ans. Membre de l’Académie française, survivante d’Auschwitz, ministre engagée pour les droits des femmes et plus particulièrement l’IVG: retour sur le parcours exceptionnel d’une grande dame. 

Simone Veil est morte ce vendredi matin, à 8H15 dans son appartement parisien, rapporte le Journal du Dimanche. La fin d’un parcours exceptionnel, dont l’héritage sera éternel. Impossible en effet d’oublier le combat de Simone Veil pour faire passer la loi autorisant l’interruption volontaire de grossesse en 1975. Une loi qui porte son nom, comme un remerciement à celle qui n’aura eu de cesse tout au long de sa vie de se battre pour améliorer la cause féminine.

Lire aussi > « Les questions féministes peinent à être prises au sérieux dans les médias »

Belga / PHOTOPQR/L’EST REPUBLICAIN/Alexandre MARCHI

Survivante

Que de chemin parcouru pour la petite fille de Nice, de l’horreur d’Auschwitz aux ors de l’Assemblée nationale. Simone Veil n’a que 16 ans le 30 mars 1944 lorsqu’elle se fait arrêter par des SS. Dans les heures qui suivent, le reste de sa famille est arrêté par la Gestapo, et tous sont déportés. Envoyée avec sa mère et sa soeur Madeleine à Auschwitz, Simone Veil ne reverra jamais son père et son frère, déportés en Lituanie. Avec ses soeurs Madeleine et Denise, elles seront les seules de la famille à revenir des camps. Dès son retour en France, Simone est prête à témoigner, mais elle se heurte à une certaine forme d’indifférence face au calvaire subi par les juifs. Qu’à cela ne tienne : elle racontera les camps et la Shoah dans un documentaire en 1976, et son envie de lutter contre les injustices ne la quittera jamais.

Engagée

Dès son retour en France en 1945, Simone Veil s’inscrit en faculté de droit. Alors Simone Jacob, elle épouse Antoine Veil en 1946, et poursuit en parallèle ses études, préférant au métier d’avocate la magistrature. De son propre aveu, c’est à l’aube des années 70 qu’elle commence à s’intéresser à la politique, en s’opposant à la diffusion d’un documentaire sur l’Occupation au sein de l’Office de radiodiffusion-télévision française. Il faut toutefois attendre la présidence de Jacques Chirac en 1974 pour qu’elle intègre le gouvernement au poste de ministre de la Santé. Un rôle qui lui donnera l’occasion de mener le combat de sa vie.

Lire également > Malte, paradis pour touristes et enfer pour l’avortement

« Il suffit d’écouter les femmes »

Impossible en effet d’oublier les images de Simone Veil en plein combat pour le vote de la loi autorisant l’IVG. Une loi pour laquelle elle s’est battue corps et âme, malgré les menaces : « je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu’il perde ce caractère d’exception, sans que la société paraisse l’encourager ? Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme – Je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes » déclare-t-elle ainsi lors de son discours devant les députés. La loi, entrée en vigueur le 19 janvier 1975, est aujourd’hui encore désignée de celle qui l’aura portée jusqu’au bout.

 

Simone Veil dans les années 70, au moment de son combat pour l’IVG – Belga / AFP PHOTO

Immortelle

Outre ses combats pour les droits des femmes, Simone Veil s’est engagée de manière plus générale pour la liberté sous toutes ses formes, s’opposant ainsi en 1990 à la création de fichiers informatisés des Renseignements généraux ( « inadmissible » ) ou appelant à voter « oui » au référendum français relatif au traité établissant une constitution européenne en 2015. Décorée de la Légion d’honneur en 2009, élue « femme préférée des Français » en 2010, elle est faite membre de l’Académie française la même année. Sur son épée d’Immortelle, 78651, le matricule tatoué sur son bras à Auschwitz, ainsi que les devises de la France et de l’UE; « liberté, égalité, fraternité » et « unis dans la diversité« . Messages intemporels et essentiels, à l’image de l’héritage que cette grande dame laisse derrière elle.

 

 

 

CIM Internet