Paris Match Belgique

Désintox : une famille japonaise mange bio pendant 10 jours et se purge de pesticides

En moins de dix jours, le taux de pesticides présent dans l'organisme des trois cobayes a considérablement chuté. | © Greenpeace Japon

Société

Deux semaines. C’est le temps qu’il aura fallu à toute une famille pour effectuer une cure de désintox, ciblage spécial pesticides.

Pour purifier l’organisme et le débarrasser de toutes substances chimiques, le mode d’emploi se résume à une seule règle : ne manger que du bio. Une méthode qui pourrait paraître simpliste mais qui vient pourtant d’être expérimentée par une famille japonaise.

Organismes empoisonnés

Soutenue par Greenpeace Japon, Rieko et ses deux filles ont troqué leur alimentation habituelle contre des menus 100% d’origine biologique. Le but de l’ONG étant de mesurer les taux de pesticides présents dans l’organisme d’une famille japonaise mais également de démontrer l’impact positif d’une alimentation biologique sur l’organisme.

Lire aussi > États-Unis : bientôt du cannabis 100% bio

Les résultats de l’expérience sont impressionnants. Dans son rapport, Greenpeace explique qu’en moins de dix jours, le taux de pesticides présent dans l’organisme des trois cobayes a considérablement chuté. Ayant prélevé des échantillons d’urines avant et après l’expérience, les auteurs du rapport ont pu observer l’évacuation progressive des pesticides et remarquer notamment la différence flagrante entre enfants et adultes.

Le cerveau en développement d’un enfant est également plus exposé aux neurotoxiques.

En effet, l’expérience montre que le taux de pesticides a chuté d’autant plus rapidement chez les enfants, dont l’organisme semble bien plus « empoisonné » que celui des adultes. “La dose de pesticides par poids corporel est probablement plus élevée chez les enfants en raison de leur petite taille”, explique Greenpeace Japon.

Avant. © Greenpeace Japan
Après. © Greenpeace Japan

Maman choquée

« Être mère de deux enfants qui ont des pesticides dans l’organisme est quelque chose que je ne peux pas concevoir », a déclaré Rieko, choquée par les résultats de son expérience.

Lire aussi > Les poules ont la cote

Si l’observation n’est faite qu’à petite échelle, elle met néanmoins en lumière le problème persistant de santé publique posé par l’agro-industrie de masse et les habitudes de consommation qui en découlent. Aussi, cette expérience démontre les bienfaits d’une alimentation saine composée essentiellement de produits issus de l’agriculture biologique.

CIM Internet