Paris Match Belgique

Embrasser, c’est tromper ?

Vidéo Société

Selon une étude récente menée en Grande-Bretagne auprès de 5 000 personnes et dirigée par plusieurs organismes de bienfaisance, pour un homme sur cinq en couple, embrasser n’est pas tromper, mais pour 91% des femmes interrogées, ça l’est. Un échange salivaire au goût amer.

 

Si embrasser permet de rallonger la durée de vie de deux semaines en moyenne et diminue l’hormone du stress en relâchant de la dopamine (hormone du plaisir), il est aussi la cause de certaines ruptures. Pour 91% des femmes interrogées, embrasser quelqu’un lorsque l’on est en couple revient à tromper sa moitié. Mais pour 19% des hommes, « embrasser passionnément » une autre personne n’a absolument rien de préjudiciable. 9% des femmes considèrent donc qu’un bisou donné à quelqu’un d’autre ne serait pas une cause de rupture. Pour l’auteure britannique Sally Emerson, un baiser n’est jamais innocent et est toujours une « trahison ». En parallèle, une autre étude de la British Heart Foundation a révélé que 18% des personnes mariées pouvaient passer toute une semaine sans embrasser leur moitié, et 40% se bécotent seulement pendant 5 secondes voire moins. Alors plutôt que d’embrasser les autres, il serait déjà bien de penser à embrasser son partenaire…

Le baiser a plus de valeur chez les femmes que chez les hommes ?

Pour Sheril Kirshenbaum de La Science du Baiser : “Les gens se souviennent de leur premier baiser plus que de leur première expérience sexuelle, probablement parce que le baiser constitue une processus tellement actif. Notre cerveau est totalement sollicité pendant que nous embrassons”. Elle ajoute que sommes programmés dès le plus jeune âge pour associer ces émotions positives avec le contact labial. Mais à l’instar des hommes, « les femmes utilisent le baiser et le sens de l’odorat et du goût pour trouver quel est le bon partenaire pour elles. Nous n’y pensons pas consciemment quand nous embrassons quelqu’un, mais embrasser quelqu’un est une façon de savoir de manière très fiable si la personne est génétiquement un partenaire adapté à nous ». Robin Dubard, professeur du Département de psychologie expérimentale d’Oxford, a également mené sur étude sur l’importance d’embrasser dans les relations amoureuses. Et il est arrivé à la même conclusion : qu’embrasser était moins quelque chose de sexuel et relevait plus de la recherche du partenaire idéal.

Et regarder du porno, c’est tromper ?

Si le baiser met la majorité des femmes d’accord, le porno divise. Toujours dans l’étude menée en Grande-Bretagne auprès de 5 000 personnes, seules 20% des femmes pensent que de regarder du porno tout seul alors qu’on est en couple serait synonyme d’infidélité, contre 11% d’hommes. Un tiers des personnes interrogées a déclaré avoir déjà été trompé, et 9% des sondés ont admis soupçonner leur partenaire d’avoir été infidèle. Des divergences d’opinion que l’étude explique par un manque de communication aujourd’hui entre les couples, notamment concernant leur vie sexuelle. Et bien qu’ils sont arrivés à la conclusion que la définition de la « tromperie » était plus difficile aujourd’hui à l’âge du digital, à l’instar de la « génération Tinder », les jeunes de 16 à 24 ans seraient les plus possessifs. Pour 45% d’entre eux, flirter avec quelqu’un d’autre c’est tromper. 31% des plus de 25 ans rompraient si leur partenaire était volage.

Lire aussi > Des baisers en soutien aux homosexuels persécutés en Tchétchénie

L’étude souligne aussi que deux tiers des couples ne survivrait pas à une infidélité. Bien que 93% des conseillers conjugaux et des psy spécialisés en thérapie sexuelle sont convaincus du contraire : « Lorsque vous aidez les gens  à faire le deuil de ce qu’ils ont perdu et que vous les aidez à rétablir la confiance dans leur couple et à leur faire comprendre pourquoi cela s’est passé, il y a de bonnes chances que la relation soit plus forte qu’elle ne l’était avant (…) Souvent, les gens qui ont trompé veulent étouffer l’affaire et avancer, mais ils ne réalisent pas que le partenaire trahi doit d’abord faire le deuil de cette tromperie ».

CIM Internet