Paris Match Belgique

Pour les représentants des étudiants, les quotas du dernier concours de médecine sont illégaux

En mars dernier déjà, les étudiants en sortie étaient sortis manifester pour leurs numéros INAMI. | © BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Société

Les représentants des étudiants en médecine font la grogne : les quotas imposés par le dernier concours seraient selon eux illégaux.

 

Après l’annonce des résultats du concours de 1ère année de médecine, le CIUM, la FEF, la Fédé, l’AGL, l’AGW, le BEA et le BEM, associations représentant les étudiants des Facultés de médecine de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ont décidé d’introduire un recours collectif au Conseil d’état. Avec l’appui d’avocats , ils souhaitent obtenir l’annulation à posteriori des quotas sur lesquels le dernier concours est basé.

Si la procédure en référé qui avait été lancée au mois de mai devant les Tribunaux de Première Instance de Liège et Namur n’avait pas abouti, les étudiants restent convaincus du bien-fondé
de leurs arguments. Pour rappel, ceux-ci reposent sur l’invalidité des quotas fédéraux pour l’année 2022, qui n’ont pas été adoptés dans les délais fixés par la loi. En outre, ils ne
correspondent toujours pas aux besoins de la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui reste dans un contexte de pénurie avérée de plusieurs spécialités médicales. Cette
situation rend dès lors injustifiés les quotas communautaires fixés pour le concours 2017.

Le front commun part confiant car il existe un précédent : en juillet dernier, le Conseil d’état avait en effet jugé les quotas 2021 illégaux pour les mêmes raisons suite à l’action intentée
par une dizaine d’étudiants. Le classement du concours avait alors été suspendu dans toutes les universités.

Ce recours groupé de la part des représentants étudiants se porte à la défense des étudiants en première année de médecine et de leurs familles afin de leur épargner des procédures individuelles et coûteuses. Cette fois, c’est ensemble que les associations étudiantes ont décidé d’agir dans l’intérêt de tous. Enfin, l’ensemble des organisations souhaite spécifier aux étudiants en cours de cursus que cette démarche n’ira pas à l’encontre de l’examen d’entrée organisé en septembre 2017 et ce afin de rencontrer les exigences de la ministre Maggie De Block pour l’octroi des numéros INAMI.

CIM Internet