Paris Match Belgique

«Il y avait du sang partout au sol» : Enfants survivants d’Uvalde, ils racontent l’horreur

uvale

Image d'illustration. | © Xinhua/Wu Xiaoling

Société

Plusieurs enfants qui sont survécu à la tuerie d’Uvalde, au Texas, ont témoigné du drame dans les médias américains.

D’après un article Paris Match France de C.R.

Ils ont vu l’horreur au plus près et en garderont des traces toute leur vie. Plusieurs enfants qui ont survécu à la tuerie d’Uvalde, au Texas, partagent depuis mardi leurs terribles souvenirs dans les médias américains. Au total, 19 de leurs camarades et deux de leurs institutrices sont morts, assassinés dans leur école primaire par un adolescent de 18 ans lui-même abattu par la police. «Vous allez tous mourir», a-t-il lancé en entrant dans l’établissement, selon le récit du jeune Samuel Salinas, 10 ans, interrogé par Good Morning America sur ABC. Le garçon, dont la mère est morte dans un accident de voiture en 2019, a expliqué avoir été déposé par sa tante ce matin-là. «C’était un jour normal jusqu’à ce que ma maîtresse dise que l’on devait se confiner. Et là, il y a eu des tirs à travers les fenêtres».

Pour faire le plus de victimes possibles, le meurtrier, Salvador Ramos, a utilisé un fusil d’assaut qu’il s’était offert le jour de ses 18 ans. «Il a tiré sur la maitresse et sur les enfants», raconte Samuel qui dit se souvenir des hurlements autour de lui. S’il a survécu, c’est grâce à une simple chaise posée entre le tireur et lui. «Je crois qu’il me visait», se souvient-il. Mais la balle a fini sa course dans la chaise et seuls des éclats de balle ont touché la jambe de l’enfant, qui, pour survivre, a prétendu être mort.

Miah Cerillo, 11 ans, elle aussi a joué la morte après avoir été touchée dans le dos par des éclats. Parce qu’il y avait déjà du sang partout dans la classe, la fillette a eu l’idée de s’en couvrir le corps avec et de ne plus bouger, espérant en silence que le tueur ne s’approche pas. «Elle a fait ce qu’elle devait pour s’en sortir, elle a joué la morte», a commenté sa tante auprès d’ABC13. «Je suis restée assise là sans bouger, sans parler», relate de son côté une autre jeune survivante, citée par People. Adalynn se souvient avoir entendu les tirs: «Les gens disaient qu’il s’agissait de feux d’artifice, mais cela ne ressemblait pas à ça». Trois de ses cousins et cousines ont été blessés dans la fusillade. Le premier, en s’échappant par une fenêtre, a été coupé par du verre. Le deuxième a reçu une balle au visage et au niveau des jambes. La troisième a, elle, été blessée au bras. «Je n’ai pas réussi à dormir la nuit derrière, parce que quand je dors, tout me revient en tête», glisse Adalynn.

« Elles se sont mises devant les élèves pour les protéger »

«Je me suis caché et j’ai dit à mes amis de ne pas faire du bruit parce qu’il pourrait nous entendre», a déclaré un autre petit garçon à CBS. Ses parents ont souhaité que son nom ne soit pas dévoilé mais il a tenu à raconter son expérience traumatisante. Au moment de l’intervention de la police, un agent a demandé aux enfants de crier à l’aide, mais le tireur a entendu une de ses camarades et l’a visée. «Le policier est arrivé dans la classe, le type s’est mis à tirer sur le policier, et tous les policiers ont commencé à tirer». La réaction de la police est aujourd’hui mise en cause par de nombreux témoins mais aussi dans les médias. Les agents auraient laissé l’assaillant seul dans l’école durant près d’une heure avant d’intervenir. Auprès de la chaîne américaine, le petit garçon itnerrogé a voulu rendre hommage à ses deux institutrices, affirmant qu’elles avaient sauvé la vie de nombreux enfants. «Elles étaient gentilles. Elles se sont mises devant les élèves pour les protéger».

La jeune Gemma révèle pour sa part à Fox4 avoir vu une balle traverser le mur. «Elle est passée entre Jalisa et Stacy (deux camarades, ndlr) et juste à côté de mon bras. Elle a juste touché la table». Les enfants regardaient un film au moment du drame. Une heureuse matinée à quelques jours de la fin de l’année scolaire. Mais rapidement, l’institutrice a éteint la lumière et dit aux élèves de se cacher. «Nous sommes restés en silence sous la table. Je pleurais juste un tout petit peu». La police a ensuite évacué la classe de Gemma, qui s’est mise à courir sans regarder en arrière. «J’avais tellement peur parce que je me suis dit qu’il pouvait venir dans notre salle et tuer tout le monde». Quelques heures plus tard, Gemma a appris la mort de sa meilleure amie, Eliahana Cruz Torres, 10. Lorsqu’il a lui aussi été secouru, Samuel Salinas a vu «du sang partout au sol. Et des enfants… juste plein de sang». Le petit garçon, qui comme tous les autres survivants est choqué, a dit ne plus réussir à dormir et faire des cauchemars.

Mots-clés:
États-Unis fusillade
CIM Internet