Paris Match Belgique

Affaire Grégory : le juge Jean-Michel Lambert se serait suicidé

Le juge Jean-Michel Lambert en septembre 2014. | © BELGA/AFP PHOTO/JEAN-FRANCOIS MONIER

Société

Selon nos confrères du Parisien, le juge Jean-Michel Lambert, connu pour avoir été le premier juge d’instruction en charge de l’affaire Grégory, s’est donné la mort à son domicile mardi soir.

L’ancien magistrat Jean-Michel Lambert, connu pour avoir été le premier juge d’instruction dans l’affaire Grégory qui vient d’être relancée plus de trente ans plus tard, a été retrouvé mort mardi à son domicile du Mans, a appris l’AFP de sources proches du dossier, confirmant une information du Parisien.

Lire aussi > Affaire Grégory : le père de Murielle Bolle dément avoir brutalisé sa fille 

Un sac plastique noué sur la tête à l’aide d’un foulard

Son corps a été retrouvé dans son bureau avec un sac plastique noué sur la tête à l’aide d’un foulard, selon ces sources. Le parquet du Mans a ouvert une enquête, ont-elles précisé. À ce stade, rien ne permet d’affirmer que sa mort soit en lien avec la réouverture de l’enquête. En 1985, c’est devant lui que Murielle Bolle avait  incriminé son beau-frère Bernard Laroche, conduisant à son arrestation et à son inculpation, avant de se rétracter. Le juge Jean-Michel Lambert, qui avait 32 ans à la mort du petit Grégory, avait alors opéré un revirement en portant ses soupçons vers la mère de Grégory, Christine Villemin, finalement innocentée en 1993 au terme d’un non-lieu retentissant.

Surnommé « le petit juge », le juge Lambert s’était illustré en 1987 en publiant « Le petit juge », dans lequel il faisait état de confidences sur sa vie intime et considérations personnelles. Après s’être rêvé, sans succès, chroniqueur à la radio, le magistrat, natif de Jarnac, avait été nommé à Bourg-en-Bresse en 1988, avant d’être muté en 2003 au Mans.

En 1993, au procès de Jean-Marie Villemin devant les assises de Dijon, Jean-Michel Lambert avait été sévèrement taclé par l’avocat général. Le représentant de l’accusation l’avait qualifié de « mémorable funambule de la pensée », dont il espérait qu’il avait « conscience des catastrophes dont il avait été indirectement la cause ».

Le magistrat s’était réfugié dans l’écriture, essais ou romans, aux titres déroutants : « Regards innocents », « Confession fatale », « Scrupules » ou « Un Monde sans vérité ».

Lire aussi > Affaire Grégory : les notes de notre journaliste

L’avocat des époux Villemin, Me Thierry Moser, s’est déclaré mardi « catastrophé » en apprenant que l’ex-juge Jean-Michel Lambert, qui avait été le premier juge à instruire l’affaire Grégory, avait été retrouvé mort à son domicile du Mans.

« Je suis catastrophé, c’est infiniment triste », a confié l’avocat mulhousien à l’AFP. « Je garderai de lui le souvenir d’un homme qui a été confronté à un dossier difficile, qu’il n’a pas su maîtriser et qui a été pris dans un vertige irrépressible ».

« Quelles que soient les causes de ce qui semble être un suicide, je n’ai aucune animosité envers lui. Je critique les conclusions qu’il a tirées de son instruction mais je ne critiquerai jamais l’homme », a poursuivi Me Moser, qui défend depuis le décès de Grégory, le 16 octobre 1984, les intérêts des parents de l’enfant, Jean-Marie et Christine Villemin.

CIM Internet