Paris Match Belgique

Cacophonie au parlement wallon sur une motion PS pour supprimer la redevance TV

André Antoine au parlement wallon ce 12 juillet 2017. | © BELGA/ERIC LALMAND

Société

Une motion d’urgence déposée par le PS en faveur de la suppression de la redevance télévision a été rejetée ce mercredi par une majorité MR, cdH et J’EXISTE, au terme de plusieurs dizaines de minutes de cacophonie et d’une suspension de séance.


Le PS est bloqué au gouvernement wallon par le cdH sur la suppression de cette redevance de 100 euros par an et par ménage, qu’il propose de compenser dans un premier temps par des recettes sur la régularisation fiscale et la réforme du bonus logement. Le cdH est favorable à la suppression, mais reproche au PS de ne pas l’avoir intégrée dans une réforme globale et de ne pas prévoir un refinancement structurel. Il préfère renvoyer la décision à un prochain gouvernement avec le MR, qui en a fait son cheval de bataille depuis dix ans. Le dépôt mercredi matin par le PS d’une motion d’urgence pour examiner sa proposition de décret sur le sujet a surpris le MR et cdH qui, selon les socialistes, n’étaient pas en nombre suffisant pour la rejeter, à l’ouverture de la séance.

Lire aussi > Partout dans le monde et sur tous les écrans : Les séries n’ont jamais eu autant de succès qu’aujourd’hui

Le président du parlement André Antoine (cdH) a prononcé une suspension de séance pour réunir le Bureau élargi afin qu’il se prononce sur la procédure à suivre. Initialement prévue pour 9h30, la reprise de la séance a été reportée à 10h. La mise au vote a eu lieu vers 10h30. Pour les chefs de groupe PS Christophe Collignon et Ecolo Stéphane Hazée, M. Antoine s’est ainsi livré à des manœuvres dilatoires destinées à permettre à des élus MR et cdH de rejoindre le parlement. Ce que le président Antoine a réfuté avec force, en se référant au règlement de l’assemblée. Les chefs de groupe MR et cdH, Pierre-Yves Jeholet et Dimitri Fourny, ont dénoncé à leur tour les manœuvres « politico-politiciennes » du PS qui remet le sujet à l’avant-scène alors qu’il est clair que le dossier est bloqué au gouvernement. Ecolo a dit ne pas être dupe non plus de ces manœuvres, mais jugeait l’urgence justifiée, rejoint par le PTB qui dénonçait au passage « le cirque » auquel se livraient les principaux partis du parlement. Les débats sont plusieurs fois tombés dans la cacophonie. À leur terme, la motion a été mise au vote. Elle a été rejetée par 37 voix (MR, cdH et J’EXISTE) contre 32 (PS, Ecolo, PTB).

(Avec Belga)

CIM Internet