Paris Match Belgique

Le coup de gueule de Regé-Jean Page suite aux attaques sur la poitrine de Florence Pugh

regé-jean page

René-Jean Page en mars 2022. | © Patrick T. FALLON / AFP.

Société

Regé-Jean Page a invité les hommes à prendre leur responsabilité.

Époustouflante dans une robe en tules rose signée Valentino, Florence Pugh a malgré tout fait l’objet d’un « body shaming » en bonne et due forme de la part de la toile. À travers la tenue transparente, on pouvait en effet deviner la poitrine de l’actrice, jugée « trop plate ». Un comportement grotesque auquel l’actrice a illico répliqué : « Tant de personnes parmi vous ont voulu me faire savoir de manière agressive à quel point elles étaient déçues par mes ‘petits tétons’ ou me dire que je devrais avoir honte d’être si ‘plate’. Je vis avec mon corps depuis un moment. J’ai bien conscience de la taille de mes seins et je n’en ai pas peur », a déclaré l’actrice de 26 ans à l’attention des « body shamers ». « Pourquoi êtes-vous si effrayés par les seins ? ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Florence Pugh (@florencepugh)

« Quand les garçons dépassent les bornes, parlez-en »

La star britannique a pu également compter sur un allié de taille. Regé-Jean Page, la star de la série Netflix La Chronique des Bridgerton, a en effet pointé du doigt la misogynie des commentaires la visant. « Jetez un coup d’oeil à vous-même les gars. Puis regardez vos copains et faites un pas en avant tant qu’il est temps de le faire. Quand les garçons dépassent les bornes, parlez-en », a-t-il écrit en story Instagram. « Ce qui est bizarre avec la misogynie, c’est que les hommes écoutent en fait d’autres hommes. Alors faites votre part, parce que [sic] les prochaines années en particulier vont être un très bon moment pour écouter, et prendre des responsabilités, pour le bien de tous. » 

Un soutien masculin qui n’est pas de refus, contre la solidarité virile et les gausseries gauches soi-disant pour rire. Regé-Jean Page a compris que la révolution #MeToo était en mouvement, alors pourquoi pas les autres hommes ? Il est temps de prendre position.

CIM Internet