Paris Match Belgique

Le pape François s’excuse devant les Inuits exprimant son « indignation et sa honte »

Le pape François s'excuse devant les Inuits exprimant son "indignation et sa honte"

Le pape François à Iqaluit, capitale du Nunavut. | © THE CANADIAN PRESS / Nathan Denette

Société

Pour terminer son voyage au Canada, le pape a évoqué les « grandes souffrances » des Inuits placés de force dans des pensionnats.

 

Le pape François a terminé vendredi son voyage de six jours au Canada comme il l’avait commencé par des excuses pour le mal fait aux autochtones du pays, exprimant de nouveau son « indignation et sa honte » devant des Inuits dans l’Arctique.

Pour la dernière étape de son voyage, le souverain pontife de 85 ans, s’est rendu à Iqaluit, capitale du Nunavut dans le Grand Nord canadien où il a été accueilli au son de chants de gorge inuits, au milieu des maisons colorées. Dans cette petite ville accessible uniquement en avion et où vivent un peu plus de 7 000 personnes, principalement des autochtones, le pape a évoqué les « grandes souffrances » de ceux placés de force dans des pensionnats visant à « tuer l’indien dans le coeur de l’enfant ».

Un passé pas si lointain

« Les familles ont été désagrégées, les enfants emportés, loin de leur milieu ; l’hiver est descendu sur tout », a-t-il déploré devant la foule réunie entre l’école et le terrain de basket à quelques mètres des falaises et de la mer. Ils étaient nombreux à se tenir par la main ou à s’enlacer en l’écoutant parler.

Avant, le pape s’était entretenu un long moment avec d’anciens résidents de pensionnats pour autochtones qui ont eu le « courage » de partager leurs « grandes souffrances ».

Lire aussi > Le Canada accusé de « génocide » envers les femmes autochtones

Entre la fin du XIXe siècle et les années 1990, quelque 150 000 Inuits, métis ou membres des Premières Nations ont été enrôlés de force dans plus de 130 de ces institutions, coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture. Nombre d’entre eux ont subi des abus physiques ou sexuels, et des milliers n’en sont jamais revenus, victimes de maladie, de malnutrition ou de négligence.

Avec Belga

CIM Internet