Paris Match Belgique

Et si nous n’étions plus que 4 milliards d’habitants en 2100 ?

population mondiale

Image d'illustration. | © Unsplash

Société

Une population divisée par deux est-elle possible dans moins d’une centaine d’années ?

Un économiste de la banque HSBC est en train de briser toutes nos idées reçues sur la démographie. Ce dernier postule que nous pourrions n’être plus que 4 milliards en 2100, soit la moitié de la population mondiale actuelle. Pour le moment, le nombre d’habitants sur la Terre devrait atteindre les 8 milliards pour l’automne. Selon les projections des Nations Unies, nous nous rapprocherions des 10 milliards d’individus en 2050 et dépasserions largement ce chiffre en 2100.

Baisse de natalité et vieillissement de la population

Selon l’économiste James Pomeroy, ce serait en réalité l’inverse. La population devrait décroître dans le futur. « La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », explique-t-il. En cause ? Une baisse du taux de fécondité, passant de de 2,5 enfants par femme en 2019 à 2,2 enfants par femme en 2050. Si cette réalité est vraie en Europe, elle ne concerne pas tous les continents. Ainsi, la population de l’Afrique devrait presque doubler entre 2022 et 2050.

La deuxième cause de cette hypothèse serait le vieillissement de la population. En 2050, une personne sur six aura plus de 65 ans, contre une sur onze en 2019. Le Japon est particulièrement concerné. Plus la population vieillit, plus le nombre de femmes en âge de procréer décline. De plus, différents phénomènes comme l’intégration des femmes dans le marché de l’emploi, l’amélioration de l’accès à la contraception ou encore la crise du Covid-19 accéléreraient la chute des naissances. Seul bémol à l’étude de James Pomeroy ? L’économiste prend le parti de ne considérer que les paramètres démographiques actuels. Alors que ceux-ci ne seront sans doute pas les mêmes dans les 80 prochaines années.

Mots-clés:
population démographie
CIM Internet