Paris Match Belgique

Le Covid-19 a considérablement impacté les jeunes: Ils sont de plus en plus à abandonner à l’université

Les étudiants s'inscrivaient à des examens sans se présenter. | © Belga

Société

Si la crise du coronavirus semble être aujourd’hui dans notre rétroviseur, elle a aujourd’hui encore des conséquences et particulièrement sur les étudiants.

Les années covid ont bien un impact sur les résultats à l’université, particulièrement en première année de bachelier. Le taux d’examens réussis est en légère baisse alors que le taux d’abandon grimpe, rapporte vendredi Le Soir.

Selon les résultats de l’année académique 2021-2022, que le journal a pu consulter, le taux de réussite des examens est le plus bas enregistré depuis quatre ans. Il est de 41% en bac 1 contre, respectivement, 45% en 20-21, 57% en 19-20 et 43% en 18-19. Dans la poursuite de bac, le taux est à 61% de cours réussis contre 64%, 77% et 65% les années précédentes. En master, c’est 76% cette année contre 77%, 81% et 79%.

Un manque de motivation

Pourtant, la surprise est ailleurs, selon Le Soir, et plus particulièrement dans le taux d’examens présentés, soit le rapport entre le nombre d’examens constituant le menu normal de l’étudiant et le nombre d’épreuves réellement présentées. En bac 1, alors que, bon an mal an, les étudiants présentent autour de 82% de leurs examens, cette fois ils ont présenté moins de 77% de leur programme. En d’autres termes, le taux d’abandon est passé de 18% à 23%. En poursuite de bachelier, le taux d’abandon passe de 11% en 2018-2019 à 14% en 2021-2022. En master, par contre, la différence est insignifiante.

Lire aussi > Deux études concluent que la pandémie a commencé sur le marché de Wuhan

« Le problème n’est pas surtout ciblé sur la réussite. En revanche, il est vrai qu’en termes de participation, les chiffres parlent d’eux-mêmes. D’après les enseignants, les étudiants s’inscrivaient à des examens sans se présenter. Est-ce un problème de démotivation qui fait suite au covid ou une démotivation plus profonde?», interroge dans les colonnes du Soir la rectrice de l’Université de Namur, Annick Castiaux.

Par Belga 

CIM Internet