Paris Match Belgique

La vaccination face à une épidémie de théories du complot

Pour les "anti", les vaccins causent autisme et sclérose | © Flickr @ Pan American Health Organization

Société

Au 18e siècle, l’invention de la vaccination par Edouard Jenner a été vue comme un véritable miracle, et une solution inespérée à l’épidémie de variole qui ravageait l’Europe. 200 ans plus tard, retour en arrière : alors que les vaccins sont plus perfectionnés et accessibles que jamais, une proportion croissante de la population refuse de se faire vacciner. Et gare aux médecins qui s’expriment sur le sujet : Baptiste Beaulieu en a fait les frais. 

C’est une décision du gourvernement français qui a mis le feu aux poudres. Pour endiguer la réapparition de maladies graves, 11 vaccins seront désormais obligatoires pour les enfants français. Un impératif inacceptable pour certains parents, convaincus que les vaccins peuvent causer l’autisme et que leurs composantes sont nocifs pour la santé de leurs enfants. Le sujet est épineux et divise, et Baptiste Beaulieu, médecin généraliste et auteur des chroniques médicales Alors Voilà, a choisi de s’emparer en offrant une vidéo explicative à ses 51 340 followers. Avec toute la précision médicale et la retenue de rigueur. L’objectif de Baptiste Beaulieu, informer et non juger, d’ailleurs, il l’annonce d’emblée, avec « onze vaccinations, il est naturel que les parents s’inquiètent pour leurs petits », le médecin ajoutant que « l’obligation vaccinale me turlupinait autant que vous ».

Lire aussi > Les animaux fantastiques, à la rescousse de la médecine et de l’environnement

Décision personnelle, impact sociétal

« Moi je n’ai rien contre les anti-vaccins, je veux juste qu’on en parle sans s’engueuler, explique Baptiste Beaulieu. Sans jugement. On devrait tous pouvoir s’entendre, sans s’étriper, se détester ou s’engueuler. Parlons-en aussi de manière scientifique et rigoureuse ». Des intentions louables, qui n’ont toutefois pas empêché la vidéo de susciter la polémique, certains n’hésitant pas à qualifier le médecin de « tueur d’enfants », incitant le médecin à « se pendre ». Son crime ? Rappeler l’importance de la vaccination, en soulignant que « les vaccins ne sont efficaces que si beaucoup de gens sont vaccinés, et qu’ils peuvent donc ralentir la propagation du virus au sein de la population. Si je décide de ne pas me vacciner, ça n’impacte pas que moi mais bien la société entière. Un enfant mineur n’a pas à pâtir des décisions arbitraires et des fausses croyances de ses parents ».

 

 

Coucou les visages !AUjourd’hui, parlons VACCIN !Mais d’abord, question : pouvons-nous être en désaccord avec quelqu’un TOUT en décidant, ici, de donner tort aux gens qui pensent que facebook est un champ de bataille où les gens sont nés avant la politesse ? Un « no man’s land » où il demeurerait impossible de converser avec respect « ENTRE VISAGES » (et non de profil virtuel à profil virtuel) ?Voilà pourquoi j’ai fait une vidéo : pour que vous regardiez ce visage d’être humain (le mien) et que, au moment de commenter, vous pensiez à ceux derrière l’écran (qui sont COMME les vôtres et qui vous liront).Je suis seul à modérer depuis cinq ans, alors je manque parfois de patience (je black-list beaucoup plus vite qu’avant). J’ai une vie, une famille, des ami.e.s qui m’aiment et qui parfois lisent les commentaires. Je suis humain, sensible (très !), j’ai des émotions comme vous, des croyances (la Science en est une) et SURTOUT je ne prétends pas détenir de vérité. Je doute de tout, MAIS PAS, AUJOURDHUI, de notre capacité à nous parler ici avec respect en pensant, à chaque fois : « je ne suis pas d’accord avec lui/elle, mais cela n’enlève rien à l’estime que je lui porte, car c’est un être humain avec ses croyances et ses valeurs ». Donc GO ON ! Donnons tort aux cyniques : parlons vaccins et vaccination de visage à visage !NB : il est IMPOSSIBLE d’être exhaustif en 5 min. La vidéo ne doit être d’ailleurs considérée QUE comme le dixième de mon propos (et le dixième le MOINS intéressant). Les neuf dixièmes qui restent répondront à toutes les questions que vous vous posez (et notamment cette question de l’obligation vaccinale, qui me turlupinait). AVANT de commenter, assurez-vous VRAIMENT d’avoir lu les sources que je me suis décarcassé à NOUS trouver +++)N’hésitez pas à partager vidéo, sources, ou articles !Bonne et douce et respectueuse journée à vous,Baptiste Beaulieu(et merci à Kareen pour le sous-titrage !)Toutes les informations sont disponibles ici (je vous demande VRAIMENT de lire avant de commenter s’il-vous-plaît !) :Sur l’obligation vaccinale elle-même (qui me turlupinait autant que vous ! 11 vaccinations ! Il est NATUREL que les parents s’inquiètent pour leurs petit.e.s…), ce formidable article :Pourquoi étendre l’obligation à 11 vaccins?http://lacoupedhygie.fr/index.php/2017/07/06/11vaccins/Suivi de :L’obligation vaccinale est-elle efficace?http://lacoupedhygie.fr/index.php/2017/07/10/lobligation-vaccinale/Ensuite, parce que vous me posez souvent la question :Pourquoi vaccine-t-on les bébés contre l’hépatite B ?http://rougeole-epidemiologie.overblog.com/2015/05/pourquoi-vaccine-t-on-les-bebes-contre-l-hepatite-b.htmlIci, une méta-analyse sur la vaccination et la sclérose en plaques :Vaccines and multiple sclerosis: a systematic review.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/27604618/Sur les question liées aux adjuvants, aux excipients, et aux risques de SEP et Autisme (site de l’Agence Française de Pédiatrie Ambulatoire, très didactique et pédago +++) :http://www.afpa.org/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=124&Itemid=424Et aussi celui-ci (SUPER BIEN FAIT) :Vaccins : des mensonges dans un débat légitime. http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/07/11/antivaccins-des-mensonges-dans-un-debat-legitime_5159187_4355770.html?xtref=https://t.co/jJGw0xxAgcEt La guerre des vaccins : entre peurs et persuasion.https://theierecosmique.com/tag/vaccins/Sur les statistiques de santé publique impliquant la vaccination (article PASSIONNANT) :https://ourworldindata.org/vaccination/Sur l’utilité de la vaccination contre le BCG :Effect of BCG vaccination against Mycobacterium tuberculosis infection in children: systematic review and meta-analysis.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25097193Sur l’utilité de la vaccination tout court, The contribution of vaccination to global health: past, present and futurehttps://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24821919Et d’autres articles que vous découvrirez en cliquant dessus (là, je fatigue un peu !)http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2016/11/10/la-rougeole-a-tue-plus-de-134-000-enfants-dans-le-monde-en-2015_5029153_3244.htmlhttp://mobile.allodocteurs.fr/maladies/maladies-infectieuses-et-tropicales/rougeole/couverture-vaccinale-un-enfant-atteint-d-une-leucemie-decede-de-la-rougeole-en-italie_22764.htmlhttp://presse.inserm.fr/11-vaccins-infantiles-bientot-obligatoires/28734/https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2017-06/cp170066fr.pdf1 SIEGRIST CA. Les adjuvants vaccinaux et la myofasciite à macrophages., intervention à l’Académie de Médecine, Paris, Bulletin de l’Académie nationale de médecine2003, vol. 187, no8, 1511-1521

Publié par Alors Voilà sur jeudi 13 juillet 2017

Preuves (non) scientifiques

Fausses croyances, les arguments qui poussent les parents à ne pas vacciner leurs enfants ? Entre les liens supposés entre vaccination, autisme et hépatite B, les méandres d’internet débordent pourtant d’histoires terrifiantes, à donner envie aux parents de garder leur progéniture bien loin des aiguilles. Problème : des études scientifiques ont démontré que les vaccins n’étaient pas dangereux pour la santé, ce que d’aucuns choisissent d’ignorer, malgré les dangers que présente le fait de ne pas faire vacciner ses enfants. Prenons par exemple le cas du lien entre vaccination et autisme, basée sur une étude réalisée en 1998 par Andrew Wakefield sur un échantillon de douze personnes seulement, et sans avoir recours aux statistiques. Comme le rappelle Baptiste Beaulieu, « Andrew Wakefield, qui a depuis été radié de l’ordre des médecins anglais, est connu pour avoir bidonné cette étude. Il était de mèche avec un cabinet d’avocat qui avait l’intention d’attaquer le labo qui fabriquait les vaccins afin de toucher de l’argent… Mais trop tard, le mal était fait ».

Lire également > Un poisson à l’origine d’un mécanisme permettant de réparer la colonne vertébrale

« Malade tout le temps »

Quel mal, au juste ? Sur Google, une rapide recherche « vaccins autisme » renvoie à plus de 200 000 résultats, et page après page d’articles mettant en garde contre les dangers de la vaccination. Mais les enfants qui ne sont pas vaccinés sont-ils vraiment protégés par la décision de leur parent ? Selon un témoignage paru en 2014 sur Slate, que du contraire. Dès le titre, le ton est donné : « J’ai eu l’enfance la plus bio qu’on puisse imaginer, sans vaccins. Et j’ai été malade tout le temps ». Élevée aux légumes bio et aux balades au grand air, Amy Parker était pourtant bien loin d’être une enfant en pleine santé. Ainsi qu’elle le raconte, « l’apparente salubrité de mon style de vie ne m’a pas empêchée de contracter la rougeole, les oreillons, la rubéole, un type de méningite virale, la scarlatine, la coqueluche, une angine par an et la varicelle. Lorsque j’avais une vingtaine d’années, on m’a trouvé des lésions précancéreuses dues au papillomavirus et avant qu’elles ne soient retirées, j’ai passé six mois de ma vie à me demander comment j’allais annoncer à mes enfants de moins de 7 ans que Maman allait peut-être avoir un cancer ».

3 millions de morts évités chaque année

Son témoignage, poignant, pourrait être accusé de jouer sur le même registre que les militants anti-vaccination et de préférer l’émotion aux données scientifiques. Qui sont, elles, sans appel : selon l’Organisation mondiale de la santé, la vaccination permet d’éviter chaque année 2 à 3 millions de décès. En outre, à l’époque où il n’y avait pas encore de vaccination possible, 400.000 personnes succombaient chaque année à la variole. « Vous savez ce que c’est la variole ? Non. Moi non plus, et tant mieux. On a oublié ce que c’était, ces maladies-là ». Suite à la croissance du mouvement anti-vaccination, certaines sont pourtant en train de se rappeler au mauvais souvenir de la population. Ainsi, en France, la rougeole a tué 10 enfants depuis 2008. Et en Belgique, la situation est tout aussi problématique : en 2017, ce ne sont pas moins de 400 cas de rougeole qui ont été recensés en quatre mois, contre une vingtaine de cas chaque année en temps normal.

Flickr

Situation critique en Belgique

De quoi pousser les professionnels du secteur à tirer la sonnette d’alarme. En avril dernier, Charlotte Martin, co-responsable de la Travel and Vaccine Clinic de l’hôpital St-Pierre à Bruxelles, rappelait ainsi au micro de la RTBF que « pour une maladie aussi contagieuse que la rougeole, il faut une couverture vaccinale de la population de plus de 95%. Or on est probablement entre 70% et 75% de couverture en Belgique, ce qui n’est pas du tout suffisant ». Et d’ajouter : « Si vous parlez à vos parents ou grand-parents de la rougeole ou de la coqueluche, et que vous dites que vous hésitez à vacciner votre enfant, ils vont pousser de hauts cris. Nous ne voyons plus ses maladies, on ne sait plus ce que c’est ».

« Un choix cruel »

Amy Parker, elle, sait ce que c’est, ayant passé son enfance à la merci des maladies contre lesquelles elle n’était pas vaccinée. De quoi devenir farouchement opposée au mouvement : « les anti-vaccins devraient comprendre une chose : exposer sciemment son enfant à la maladie est cruel. Même sans complications, ces maladies ne sont pas une partie de plaisir. Les craintes des militants anti-vaccins qui clament que nous nous faisons «stériliser l’immunité naturelle» ne marchent pas avec moi. Comment, malgré mon enfance idyllique et mon alimentation incroyablement saine, ai-je pu tomber sans arrêt et si atrocement malade? ». Une chose est certaine, ce n’est pas la quantité d’aluminium présente dans les vaccins qui aurait pu contribuer à la rendre malade. Comme le rappelle Baptiste Beaulieu, « les quantités d’aluminium apportées par les vaccins ne dépassent jamais plus de 0.85mg, tandis que par contraste, nous en mettons de 3 à 5mg dans notre corps chaque jour rien qu’en mangeant et buvant. Sans compter que 90 ans d’études scientifiques ont montré l’innocuité totale de ce métal sur l’organisme ». L’occasion de rappeler le principe même de la vaccination, énoncé par Louis Pasteur : « des virus affaiblis ayant le caractère de ne jamais tuer, de donner une maladie bénigne qui préserve de la maladie mortelle ».

 

CIM Internet