Paris Match Belgique

Un missile nord-coréen survole le Japon et provoque l’inquiétude

Un missile nord-coréen survole le Japon et provoque l'inquiétude

Prise de parole du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 4 octobre 2022. | © Richard A. Brooks / AFP

Société

Le tir n’a fait aucun blessé, mais la communauté internationale est ébranlée.

 

Un missile nord-coréen a survolé le nord-est du Japon mardi, avant de tomber dans l’Océan pacifique. Le missile a conduit à une rare activation du système J-Alert, qui est apparu sur les écrans de la chaîne nationale NHK, appelant les résidents du nord et du nord-est de l’archipel à se mettre à l’abri.

« La Corée du Nord vers 07h22… a lancé un missile balistique vers l’est », a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement, Hirokazu Matsuno. « Nous analysons les détails mais le missile est passé au-dessus de la région japonaise de Tohoku (nord-est) puis est tombé dans le Pacifique en dehors de la zone économique exclusive du Japon. »

Il a précisé qu’aucun dommage ou blessé n’a été signalé à l’issue de ce tir, que le Premier ministre Fumio Kishida a qualifié d’« acte de violence »« Nous le condamnons vigoureusement cet acte« , a-t-il ajouté.

Une réponse ferme

Le système d’alerte aux missiles du pays a été activé à 07h29 (22h29 GMT lundi). « La Corée du Nord semble avoir lancé un missile. Veuillez évacuer vers des bâtiments ou sous terre », indiquait l’alerte. Dans un communiqué, les garde-côtes japonais ont déclaré que le missile semblait avoir déjà atterri en mer et ont invité les navires de ne pas s’approcher des objets tombés.

Lire aussi > La saison de la controversée chasse aux dauphins s’ouvre au Japon

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a promis mardi une « réponse ferme ». Cette dernière « provocation » de la Corée du Nord « viole clairement les principes universels et les normes des Nations unies, et (M. Yoon) a ordonné une réponse ferme et (la prise) de mesures appropriées en coopération avec les États-Unis et la communauté internationale », a indiqué la présidence.

Avec l’AFP

CIM Internet