Paris Match Belgique

Liverpool accueillera l’édition 2023 de l’Eurovision, au nom de l’Ukraine

eurovision

Image d'illustration. | © Belga Images

Société

La ville de Liverpool, dans le nord de l’Angleterre, accueillera en mai le concours de l’Eurovision, une édition qui s’annonce déjà très politique, le Royaume-Uni l’organisant au nom de l’Ukraine en raison de la guerre.

« C’est Liverpool, le 13 mai », a dit le présentateur de l’Eurovision sur la BBC, Graham Norton. Liverpool l’a emporté face à la ville écossaise de Glasgow. Les demi-finales auront lieu les 9 et 11 mai, puis la finale le 13 mai. L’extravagant concours, qui en est à sa 67ème édition, est suivi par des dizaines de millions de téléspectateurs, en Europe mais aussi en Israël, en Australie etc.

« Nous l’avons fait! », s’est félicitée sur Twitter Joanne Anderson, la maire de Liverpool, la ville des Beatles. « Nous allons avoir la plus grande fête jamais organisée », a affirmé la chanteuse Sonia Evans, originaire de Liverpool, qui avait représenté le Royaume-Uni à l’Eurovision en 1993. Cette édition aura sans aucun doute, comme celle de l’an dernier, une connotation très politique.

« Ville accueillante avec un fier patrimoine musical, Liverpool offrira un spectacle inoubliable qui célèbre la riche culture et la créativité de l’Ukraine », a promis la Première ministre britannique Liz Truss sur Twitter. Après sa première place symbolique à Turin, en Italie, en mai dernier, l’Ukraine s’était vu ôter en juin le droit d’accueillir l’Eurovision par l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER), qui avait estimé que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies en raison de l’invasion du pays par la Russie.

Environ 10.000 personnes sont impliquées dans la production de l’Eurovision, qui attire de plus des milliers de fans. Un accord avait été annoncé le 25 juillet par l’UER et le gouvernement britannique pour que la BBC organise le concours au Royaume-Uni, arrivé en deuxième position derrière l’Ukraine, dans une version qui mettra en vedette le pays toujours en guerre.

Le Royaume-Uni affiche depuis le début de l’invasion russe fin février un important soutien politique et militaire à Kiev, imposant notamment à Moscou des sanctions économiques sans précédent. L’an dernier, le Kalush Orchestra avait remporté en mai la finale du concours avec la chanson « Stefania » mêlant hip-hop et musique traditionnelle, une victoire symbolisant la résilience ukrainienne dans la guerre et la solidarité populaire européenne.

Vendredi soir, le groupe ukrainien a félicité Liverpool, dont « le patrimoine musical de la ville est connu dans le m&onde entier ». « Jouer où les Beatles ont commencé sera un moment que nous n’oublierons jamais! », ont-ils dit. « Bien que nous soyons tristes que la compétition de l’année prochaine ne puisse pas avoir lieu dans notre pays natal, nous savons que les habitants de Liverpool seront des hôtes chaleureux et que les organisateurs pourront ajouter une véritable saveur ukrainienne à l’Eurovision 2023 dans cette ville », a ajouté le Kalush Orchestra.

Le Royaume-Uni a accueilli la compétition à huit reprises, mais ne l’a plus hébergée depuis 1998, une édition qui avait eu lieu à Birmingham, dans le centre de l’Angleterre. Vingt villes britanniques s’étaient portées candidates pour héberger l’Eurovision au nom de l’Ukraine. Une première sélection de sept villes (Birmingham, Glasgow, Leeds, Liverpool, Manchester, Newcastle et Sheffield) avait été dévoilée en août.

L’an dernier, à Turin, le Britannique Sam Ryder et son titre « Space Man » avait obtenu la deuxième place, un résultat inespéré pour les Britanniques habitués au fond du tableau ces dernières années, avec même zéro point en 2021.

Avec Belga

CIM Internet