Paris Match Belgique

White-washing : le vrai problème avec la statue de cire de Beyoncé

Beyoncé lors d'un concert. | © EPA/SEBASTIAO MOREIRA

Société

La nouvelle Beyoncé de cire de Madame Tussaud est méconnaissable. Et pour cause : elle est blanche.

 

Body à paillettes, cuissardes, longs cheveux blonds. Jusqu’ici tout va bien. La tenue et la chevelure de la nouvelle statue de cire de Madame Tussaud colle parfaitement à la vraie Beyoncé. Mais quand on remonte vers le visage de la chanteuse, on s’interroge sérieusement : qui est cette naïade blanche qui remplace Queen B ? Sa peau est invraisemblablement blanche, de telle manière qu’on a de la peine à ne pas la confondre avec une Britney Spears ou une Lindsay Lohan noyée sous la terracotta. Une différence notable, qui intrigue et choque les fans de l’artiste américaine – et les autres.

La statue de cire de Beyoncé au musée Madame Tussaud de New-York, aux Etats-Unis. © Instagram

Les responsables du musée se défendent de white-washing en blâmant la pauvre qualité des clichés mis en ligne. « Notre talentueuse équipe de sculpteurs fait tous les efforts possibles pour s’assurer que la teinte de la cire corresponde à celle de la peau des célébrités qu’elle reproduit. L’éclairage de la pièce associé au flash de l’appareil photo modifie la couleur de la statue », ont-ils confié au magazine TMZ.

Lire aussi > Beyoncé encourage la créativité des femmes en lançant un programme de bourses d’étude

Ce n’est pas la première fois que Beyoncé se retrouve « plus blanche que blanche » dans des reproductions d’elle-même. En 2008, L’Oréal avait déjà été accusé d’avoir « white-washé » (« lavé blanc ») l’artiste dans une publicité publiée dans le magazine Elle. Il y a quelques mois, WikiHow (la version « tuto » de Wikipedia) avait également publié une vignette illustrée représentant Beyoncé, son mari et Barack Obama avec des visages roses.

La femme aux mille visages

Cette reproduction est loin d’être la première tentative de Madame Tussaud à figer la diva dans la cire. Los Angeles, San Francisco ou Londres, les différents musées ont chacun inauguré une Beyoncé, plus ou moins ressemblante, plus ou moins blanche. Si la dernière arrivée déplait fortement, la plupart des précédentes ont généralement été appréciées du grand public, malgré une carnation souvent bien pâle. La chanteuse elle-même était venue venue en personne pour l’inauguration de celle de Hollywood.

Lire aussi > Beyoncé présente ses jumeaux dans une photo de (Re)naissance

©DR – Trois autres « Beyoncé » de cire à travers le monde.
CIM Internet